Le loueur de voitures Drivy lève 31 millions d'euros

  • A
  • A
Le loueur de voitures Drivy lève 31 millions d'euros
@ Capture d'écran Drivy.com
Partagez sur :

La société française a réalisé sa plus importante levée de fonds depuis sa création. Cela va lui permettre de se développer à l'international.

La société française Drivy, qui revendique la première place européenne du secteur de la location de voitures entre particuliers, a annoncé jeudi une levée de fonds de 31 millions d'euros, la plus importante réalisée depuis sa création en 2010. Cette nouvelle levée, menée par Cathay Innovation et Nokia Growth Partners (NGP) aux côtés de trois de ses investisseurs historiques (Bpifrance, Via ID et Index Ventures) porte à 47 millions d'euros l'investissement total reçu par la jeune pousse.

"Être plus entreprenants à l'international". Elle va permettre à Drivy, déjà présent en France, en Allemagne et en Espagne, d'accélérer son développement dans les principaux pays d'Europe, notamment au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en Italie. "Nous avons prouvé que nous avions un produit qui marche très bien et nous allons pouvoir être beaucoup plus entreprenants à l'international", a indiqué Paulin Dementhon, PDG et fondateur de Drivy

Ouverture des voitures par smartphone. Ces fonds alimenteront également les investissements de la start-up en R&D, pour améliorer ses applications et son boîtier électronique "Drivy Open", qui rend les voitures connectées et permet de les ouvrir avec son smartphone. L'entreprise compte ainsi faire passer de 300 à 2.000 le nombre de voitures équipées de "Drivy Open" d'ici la fin de l'année. "Les voitures sont en libre accès, ce qui signifie que nous avons accès potentiellement à un marché beaucoup plus important", indique Paulin Dementhon.

Locations à la dernière minute. Après le créneau de la location entre particuliers, Drivy se positionne donc sur la location de voitures à la demande. "Nous allons pouvoir avoir des locations beaucoup plus fréquentes, beaucoup plus courtes, à la dernière minute, et être dans une logique non pas de location mais de remplacement de la propriété de la voiture via des applications de voitures à la demande", souligne-t-il.