Le groupe PSA conclut le rachat d'Opel et Vauxhall à General Motors

  • A
  • A
Le groupe PSA conclut le rachat d'Opel et Vauxhall à General Motors
Le rachat d'Opel et Vauxhall par PSA est désormais acté@ ALAIN GROSCLAUDE / AFP
Partagez sur :

Initialement prévu pour la fin de l'année, ce rachat d'Opel et Vauxhall par PSA a été achevé plus tôt que prévu.

Le constructeur automobile français PSA a annoncé mardi avoir conclu le rachat d'Opel et Vauxhall, filiales européennes de l'américain General Motors, achevant plus tôt que prévu une opération qui fait naître le deuxième acteur européen du secteur.

Une opération conclue plus tôt que prévu. "Le Groupe PSA annonce aujourd'hui la finalisation - closing - du rachat des filiales Opel et Vauxhall de GM, dont le projet avait été signé le 6 mars dernier". PSA avait alors annoncé un accord avec GM, afin d'acquérir pour 1,3 milliard d'euros sa filiale automobile européenne déficitaire, la marque Vauxhall développant les modèles Opel au Royaume-Uni.

La Commission européenne avait levé début juillet le dernier obstacle réglementaire à cette opération, lui donnant son feu vert sans condition, mais PSA tablait, sans s'avancer davantage, sur une conclusion avant la fin de l'année. Le feu vert de Bruxelles avait été très rapide, la Commission européenne décidant en à peine plus d'un mois que l'opération ne posait aucun problème de concurrence.

Deuxième constructeur européen. Avec l'acquisition d'Opel et Vauxhall, PSA, qui détiendra maintenant cinq marques dont Peugeot, Citroën et DS, se revendique deuxième constructeur européen avec 17% de part de marché, derrière l'allemand Volkswagen. Mais le groupe français, qui table sur 1,7 milliard d'euros de synergies, va devoir redresser les comptes de l'ex-filiale de GM, qui a perdu 15 milliards de dollars (12,5 milliards d'euros) depuis 16 ans avec encore 257 millions sur la seule année dernière.

Prochaine opération, la reprise de GM Europe. Outre le rachat d'Opel et Vauxhall, l'accord de mars prévoit que PSA reprendra conjointement avec la banque française BNP Paribas la filiale financière de GM Europe pour 900 millions d'euros. Le constructeur français a précisé mardi que ce volet restait soumis à l'approbation des régulateurs et devrait être réalisé lors du second semestre.