Le gouvernement promet de rendre 2 milliards aux contribuables

  • A
  • A
Le gouvernement promet de rendre 2 milliards aux contribuables
@ AFP
Partagez sur :

FISCALITE - Le ministre des Finances a confirmé lundi que les baisses d'impôts promises par le président Hollande pour 2016 devraient atteindre 2 milliards d'euros. 

Le président de la République devrait détailler ses intentions lundi prochain lors de sa conférence de presse de rentrée mais les grandes lignes sont désormais connues : le gouvernement devrait faire baisser les impôts à hauteur de 2 milliards d'euros en 2016. Michel Sapin a confirmé "qu'il y aurait une mesure de baisse d'impôts dans la loi de finances 2016", lundi sur France Info. Un effort qui devrait avoisiner les 2 milliards d'euros, précise le quotidien Les Echos. Reste à savoir où trouver cet argent sans s'endetter davantage.

Une baisse d'impôt à hauteur de 2 milliards. Depuis les déclarations présidentielles du 19 et du 20 août, on sait que les impôts devraient baisser en 2016. On en connait désormais l'ampleur : environ 2 milliards d'euros, qui devraient être "rendus" via l'impôt sur le revenu aux contribuables. "Il paraît légitime, au moment où la France commence à aller mieux, de rendre à ces Français modestes (...) une part des efforts" consentis, a confirmé lundi Michel Sapin. Sans toutefois confirmer le chiffre de 2 milliards, à comparer aux 72 milliards d'euros que rapporte chaque année l'impôt sur le revenu.

Où trouver cet argent ? Mercredi, le ministre des Finances avait assuré que ces diminutions ne seraient pas compensées par des hausses pour d'autres parties de la population, et répété qu'elles seraient financées par la maîtrise de la dépense publique, dont la progression naturelle a été ralentie ces dernières années. Un message répété ce lundi : "nous baissons les impôts, ce n'est pas pour les augmenter par ailleurs (...) on ne va pas commencer à les augmenter pour quelque catégorie que ce soit et, pour la deuxième année consécutive, l'impôt sur le revenu n'augmentera pour personne".

Pour qu’aucune catégorie ne paie pour les autres ce coup de pouce fiscal, l'Etat n'a pas beaucoup d'alternatives : réduire ses dépenses ou emprunter. C'est la première piste qui serait privilégiée, et plus précisément une limitation de la hausse naturelle des dépenses publiques. "On ne va pas modifier nos objectifs de déficits (...) il faut diminuer les déficits. Pour le reste, faites-nous confiance, il y a des moyens avec les sommes considérables que l'Etat, les collectivités locales, la Sécurité sociale dépensent, de trouver deux milliards", a promis Michel Sapin.