Le gouvernement a décidé qu'il nationaliserait l'ensemble du site de Florange, en Moselle, si ArcelorMittal refusait de céder l'intégralité du site sidérurgique d'ici samedi, ont indiqué mercredi des délégués syndicaux à l'issue d'une rencontre avec Arnaud Montebourg au ministère du Redressement productif. "Montebourg nous a assuré que si Mittal ne fait pas marche arrière, la nationalisation se fera", a déclaré Walter Broccoli (FO), une information confirmée par Philippe Verbeke (CGT).

Lire aussi : Florange, une offre à 400 millions