Le gouvernement espère "500.000 emplois" grâce au tourisme

  • A
  • A
Le gouvernement espère "500.000 emplois" grâce au tourisme
Fleur Pellerin, secrétaire d'Etat chargée du Commerce extérieur, du tourisme et des français de l'étranger@ DR
Partagez sur :

VOTRE CHOIX D’ACTU DU 19 JUIN – Le gouvernement a dévoilé son plan pour attirer davantage de touristes étrangers.

Chaque jour avec "Votre choix d’actu", Europe 1 vous propose de définir un thème qui sera approfondi dans Europe midi – Votre Journal animé par Wendy Bouchard.

Dès 9h, rendez-vous sur la page d’accueil d’Europe1.fr pour voter. Vous pouvez le retrouver sur www.europe1.fr/Info/Votrechoixdactu

>>> Jeudi 19 juin, vous avez été 58% à faire "Votre choix d’actu"  sur le nouveau plan tourisme du gouvernement. Fleur Pellerin, secrétaire d'Etat chargée du Commerce extérieur, du tourisme et des français de l'étranger a choisi Europe midi – Votre journal pour dévoiler les grands axes de ce plan.



Fleur Pellerin: "le tourisme a été méprisé"par Europe1fr

500.000 emplois en plus. Même si elle reconnaît qu’il est "difficile de fixer des objectifs chiffrés", la secrétaire d’Etat estime que d’ici 2030, "500.000 emplois en plus" pourraient être créés dans ce secteur. En effet, selon l’Organisation Mondiale du Tourisme, en 2030, un milliard de touristes de plus parcourront le monde. La France espère "récupérer 5% de cette population", entraînant ainsi d’importantes créations de postes. Fleur Pellerin regrette que le tourisme soit "un bassin d’emploi qu’on a eu tendance à sous-estimer, qu’on a un peu méprisé". Elle se félicite d’ailleurs que le président de la République ait parlé du tourisme comme d’une "priorité nationale".

Le tourisme, "image de marque de la France". L’un des axes principaux du plan tourisme et de "redorer le blason du tourisme". Afin que la France conserve son "image de marque" dans ce domaine, les équipes du secrétariat d’Etat au tourisme ont vécu "l’expérience du tourisme" dans le but de "régler tous les irritants". De la demande de visa au retour au pays d’origine, tout ce qui "énerve, stresse, agace" le touriste sera corrigé. Fleur Pellerin cite notamment "le passage des douanes, l’attente trop long du RER" comme points à améliorer. Aussi, afin d’éviter les interminables files d’attente à l’entrée des attractions touristiques principales, elle propose de "repenser la circulation et les méthodes de réservation pour les fluidifier". Le but affiché est simple : "que l’expérience du touriste soit agréable et qu’il ait envie de  revenir".

De grands travaux en perspective. Fleur Pellerin évoque des "grands travaux" et "d’importants investissements" pour la mise en place de ce plan. Il est en effet, selon elle, nécessaire de "mettre au niveau les infrastructures en qualité et en volume".  Le nombre de lits par exemple est très insuffisant, selon elle, pour accueillir de nouveaux touristes. Elle annonce aussi la création du "Charles-de-Gaulle express" qui reliera en 20 minutes l’aéroport à la capitale. "On va boucler le financement", annonce-t-elle.

Travail dominical. La secrétaire d’Etat au tourisme explique que "les touristes ne comprennent pas pourquoi les magasins sont fermés le dimanche". Elle espère donc entamer un "dialogue avec les partenaires sociaux" dans le but d’ouvrir les magasins dans les "zones touristiques" de la capitale, dont 60% de la clientèle est étrangère.  Elle assure que cette question sera à l’ordre du jour de la grande conférence sociale organisée par François Rebsamen, ministre du Travail et du dialogue social.

Développer de nouvelles zones touristiques. Fleur Pellerin l’affirme : elle veut "développer d’autres parties du territoire", et travailler sur des "marques" géographiques, afin de promouvoir tous les territoires. "Les touristes veulent une expérience, pas seulement qu’on les trimballe en bus d’un monument à un autre", martèle la secrétaire d’Etat. Aussi, elle compte créer des "pôles d’excellence", "thématiques", notamment en campagne en "donnant des choses à faire" aux touristes, afin qu’ils découvrent la France autrement. Elle cite notamment l’exemple du "slow tourism" avec le développement du transport fluvial.