Le cri d’alerte des éleveurs de bovins

  • A
  • A
Le cri d’alerte des éleveurs de bovins
@ MAXPPP
Partagez sur :

Après les producteurs de lait, c’est au tour des éleveurs de dénoncer une baisse de leurs marges.

La branche bovine de la FNSEA, le principal syndicat agricole, s’active pour dénoncer la crise dans laquelle s’enfonce le secteur. Jeudi, une trentaine d’éleveurs ont ainsi investi deux grossistes de la région lyonnaise pour dénoncer le recours aux filières allemande, autrichienne et sud-américaine, comme l’a rapporté le quotidien Le Progrès.

Ils ont débarqué dans la matinée dans le magasin Métro de Limonest, réservé aux professionnels, afin d’inspecter les rayons viande, mais aussi les stocks. Une manière de montrer que les intermédiaires et les supermarchés achètent à leurs yeux trop de viande étrangère. Des délégués ont ensuite tenu un argumentaire aux responsables du magasin pour les convaincre d’acheter français.

D’autres éleveurs ont mené des actions similaires chez les enseignes Promocash et Metro à Saint-Brieuc, en Bretagne. Là aussi, un délégué départemental a expliqué au quotidien Le Télégramme que la viande "est vendue à des prix que nous ne pouvons suivre du fait de nos charges et de nos coûts d'exploitation".

Interrogations sur les marges

"Le prix à la production depuis 2006 a chuté de 10 % alors que celui à la consommation a progressé de 10 %. Il faut chercher l'erreur et s'interroger sur les marges des industriels et des distributeurs", a dénoncé François Garrivier, président régional de la FNSEA, au journal Le Progrès.

De plus, la filière bovine, à l’image de celle du lait, est fortement impactée par la volatilité des cours de matières premières. Et la tendance actuelle n’est pas réjouissante selon la FNSEA.

Un secteur à l’aube d’une nouvelle crise

"Les charges de production des exploitations sont désormais de nouveau sur une tendance à la hausse, et cela même avant d’intégrer les effets de la sécheresse en France (effet sur le prix de la paille et des fourrages achetés) et avant la forte hausse actuelle du prix du blé sur les marchés mondiaux", a détaillé jeudi la FNSEA

Le syndicat agricole demande donc "des mesures d’urgence aux pouvoirs publics pour soutenir le revenu des productions les plus en difficultés et restaurer des perspectives d’avenir".

Dans les prochaines semaines, ils promettent de rendre visite à d’autres enseignes de la grande distribution et aux industriels de la viande dans plusieurs régions.La filière porcine a elle aussi effectué vendredi des opérations coup de poing dans les grandes surfaces, en apposant des stickers sur les produits qui ne précisent pas qu'ils contiennent de la viande étrangère.