Vers un renforcement du contrôle des chômeurs

  • A
  • A
Vers un renforcement du contrôle des chômeurs
@ MAXPPP
Partagez sur :

Après des expérimentations concluantes à Pôle Emploi, l'Etat devrait généraliser le contrôle renforcé des chômeurs qui ne cherchent pas de travail.

Pôle emploi pourrait bientôt renforcer le contrôle des chômeurs. Le gouvernement et la direction de l'organisme se seraient mis d'accord sur le principe, après des expérimentations effectuées dans quatre régions : Haute-Normandie, Poitou-Charentes, Paca et Franche-Comté. Selon Pôle emploi, contacté par Europe1, un bilan d'étape de cette étude sera présenté mercredi. Et ses conclusions sont explosives.

Bilan explosif à Toulon et Manosque. A certains endroits, au moins un chômeur sur cinq ne recherche pas de façon suffisamment active un travail. C'est ce qui ressort d'une expérimentation d'un an menée par Pôle emploi à Toulon et Manosque, les seuls chiffres qui ont filtré pour le moment. Dans certaines agences de ces villes, le taux peut même monter jusqu'à 30%.

Vers des équipes dédiées au contrôle ? Tous ces chômeurs ne sont pas non plus des des fraudeurs, loin de là. Seulement 7% d'entre eux abusent du système. La plupart sont seulement découragés, mal informés ou perdus après un licenciement. Une grande partie d'entre eux ont même remercié Pôle emploi de les relancer. D'où l'idée de mettre en place, partout en France, des équipes dédiées au contrôle des chômeurs, pour vérifier qu'ils recherchent du travail et savent au moins comment s'y prendre.

Pour y parvenir, Pôle emploi a révolutionné ses méthodes. Aujourd'hui, quand vous êtes au chômage, c'est le même conseiller qui est chargé de vous accompagner pour trouver du travail et pour contrôler que vous cherchez bien du travail. Mais depuis un an, dans les quatre régions tests, Pôle emploi a décidé de découpler ces deux fonctions : il y aura des personnes pour accompagner, et d'autres pour contrôler. La semaine prochaine, Pôle emploi va présenter une évaluation globale de tous ces tests. Et même si rien n'est définitivement tranché, il semble probable que ce dispositif soit étendu dans d'autres régions.