Le chômage toujours plus haut

  • A
  • A
Le chômage toujours plus haut
Au mois de mars, le nombre de chômeurs progresse de 0,6%. Le nombre de demandeurs d'emploi a ainsi progressé pour le onzième mois consécutif.@ MAX PPP
Partagez sur :

Le nombre de demandeurs d’emploi a progressé de 0,6% en mars, pour le 11e mois consécutif.

"La situation reste difficile" en matière de chômage, avait prévenu jeudi matin le ministre du Travail. Xavier Bertrand ne s’est pas trompé : le nombre de demandeurs d’emploi continue de progresser. Ainsi, en mars, le nombre d’inscrits à Pôle Emploi en catégorie A (sans aucune activité) est en hausse de 0,6% par rapport à février (+16.600). Et sur un an, il croît de 7,2%.

11e mois de hausse consécutif

C'est le onzième mois consécutif que le chômage progresse. En mars 2011, il y avait 2.680.000 inscrits en catégorie A en France métropolitaine contre 2.884.500 aujourd'hui. Depuis le début du quinquennat, la France compte 747.000 chômeurs sans activité de plus en métropole (+35%).

Toutes catégories confondues (A, B et C cumulées), ce sont 4.309.300 qui recherchaient du travail au mois de mars, soit une progression de 0,7% (+30.700) en un mois et de 6,4% sur un an. Outre-mer compris, 4,582 millions de demandeurs d'emploi étaient recensés, sans activité ou avec activité réduite.

Les jeunes et les seniors chômeurs les plus visés

Au mois de mars, le nombre de chômeuses a bondi de 0,8%, tandis que le nombre d'hommes au chômage augmente moins fortement, à +0,4%.

Fin de répit pour les jeunes, qui avaient connu deux mois de baisse. Au mois de mars, le nombre de moins de 25 ans chômeurs est en hausse de 0,9%, ce qui équivaut à 5,2% sur un an. La progression est encore plus marquée pour les demandeurs d'emploi âgés de plus de 50 ans, s'établissant à +1,1% sur un mois et de +15,6% sur un an.

Quant aux chômeurs de longue durée, avec ou sans activité, le nombre augmente encore de 0,6% sur un mois et de 7% sur un an.

Croissance fragile = situation de l'emploi fragile

Même si les chiffres de mars traduisent une situation difficile, "le 1er trimestre 2012 montre clairement, comme nous l'avions dit, qu'on va vers une stabilisation du chômage", a assuré jeudi après publication des chiffres de son ministère Xavier Bertrand. "On a une croissance encore fragile, et une croissance encore fragile égale une situation de l'emploi encore fragile", a assuré le ministre du Travail. Selon lui, il s'agit du "trimestre de plus faible hausse depuis maintenant une année".

"On a évité que le chômage explose en France, mais la stabilisation du chômage ça ne nous suffit pas", a fait valoir le ministre. "Il faut aller vers une baisse importante du chômage. Ca dépend bien sûr de la croissance et il ne faut surtout pas casser la croissance par une augmentation des prélèvements et des impôts comme le propose François Hollande", a annoncé Xavier Bertrand, ajoutant qu'il faut "continuer à mettre l'accent sur l'emploi des jeunes, sur l'apprentissage" et "surtout sur l'emploi des seniors", ainsi que sur la formation.