Le chômage confirme sa hausse

  • A
  • A
Le chômage confirme sa hausse
@ REUTERS
Partagez sur :

L’Insee a fait ses comptes : 9,7% de la population active recherchait un emploi au 2e trimestre.

Après le seuil symbolique des 3 millions de chômeurs, la France est en train de se rapprocher du taux tout aussi symbolique des 10% de la population active au chômage. Selon les chiffres publiés jeudi par l’Insee, le taux de chômage en France a en effet atteint 9,7% de la population active en métropole et 10,2% avec les départements d'Outre-mer.

Le taux de chômage au second trimestre a donc augmenté de 0,1 point pour atteindre 9,7% de la population active, un chiffre que la France métropolitaine n’avait pas connu depuis 1999. Le nombre de chômeurs ressort à 2,785 millions en métropole, soit 52.000 de plus qu'au premier trimestre.

06.09.Bandeau.chomage.pole.emploi.Maxppp.460.100

© MAXPPP

Les derniers indicateurs déjà inquiétants

Cette hausse du taux de chômage au second trimestre 2012 n’est pas vraiment une surprise : le nombre de demandeurs d’emploi est en hausse depuis quinze mois et les derniers chiffres de l’intérim pour le second trimestre avaient confirmé la tendance.

19.000 emplois en intérim ont été perdus au deuxième trimestre 2012, soit une baisse 3,5%. Sur un an, la facture est salée : selon Pôle emploi, le secteur accusait en effet en juin un repli de 9% sur un an, recensant 605.200 emplois, soit 59.600 de moins qu'un an plus tôt.

Pessimisme pour les prochains mois

 Outre les chiffres de l’intérim, les dernières déclarations du ministre du Travail, dimanche 2 septembre, avaient donné le ton. Michel Sapin n’a pas hésité à annoncer que la barre symbolique des 3 millions de chômeurs était en passe d’être franchie. Quand au taux de chômage, il a ajouté, laconique : "ce n'est pas la peine de s'interroger sur 10%. C'est déjà fait ".

Pour tenter de redresser la situation sur le front de l'emploi, le gouvernement a récemment dévoilé deux outils : les "emplois d'avenir", centrés sur l'insertion professionnelle des jeunes sans formation, et le "contrat de génération", qui associe embauche de jeunes travailleurs et maintien des seniors au sein de l'entreprise.