Le cap des 3 millions de chômeurs franchi

  • A
  • A
Le cap des 3 millions de chômeurs franchi
Le ministre du Travail, Michel Sapin, a affirmé dimanche que le seuil symbolique des 3 millions de demandeurs d'emploi sans activité était désormais franchi.@ MAXPPP
Partagez sur :

Michel Sapin, le ministre du Travail, a indiqué dimanche que le taux de 10% de chômeurs était atteint.

C'est une mauvaise nouvelle pour l'économie française. Le ministre du Travail Michel Sapin a affirmé dimanche, sur Radio J, que le seuil symbolique des 3 millions de demandeurs d'emploi sans activité en France était désormais franchi, ainsi que le taux de 10% de chômeurs.

"Les 3 millions, c'est déjà fait"

26.09.Michel.Sapin.930.620

© REUTERS

"L'année prochaine quel sera le taux de chômage ? Personne ne le sait. Les 3 millions (ndlr, de demandeurs d'emplois sans activité) c'est déjà fait. Les chiffres que vous commentez, qui sont les chiffres du mois de juillet, sont aujourd'hui dépassés, on est en septembre. Ce n'est pas la peine de s'interroger sur 10%. C'est déjà fait", a déclaré le ministre à la radio.

Le nombre de demandeurs d'emploi sans activité en France métropolitaine avait augmenté pour le 15e mois consécutif en juillet, de 41.300 personnes, la plus forte hausse depuis plus de trois ans, pour atteindre 2,987 millions de personnes. Avec l'outre-mer, 4,733 millions de demandeurs d'emploi étaient recensés fin juillet, dont 3,232 millions sans aucune activité (catégorie A).

"Ne nous battons pas sur des symboles"

"D'ailleurs, l'outre-mer fait partie de la France, donc si vous prenez le chômage en outre-mer, vous avez dépassé les 3 millions et dépassé les 10%. Ne nous battons pas sur des symboles qui sont des symboles déjà dépassés", a d'ailleurs souligné le ministre.

"La question est: est-ce que cela va augmenter encore beaucoup? Oui, cela va augmenter. Est-ce qu'à un moment donné on peut l'inverser, oui on peut l'inverser. Ce sont des décisions économiques, ce sont des décisions européennes qui sont là", a-t-il ajouté. "Il faut de la croissance pour pouvoir créer des emplois et ainsi lutter véritablement contre le chômage", a-t-il une nouvelle fois souligné.