Le boom des arnaques à la carte bancaire

  • A
  • A
Le boom des arnaques à la carte bancaire
650.000 personnes ont été victimes de débits frauduleux sur leurs comptes en 2011.@ MAXPPP
Partagez sur :

ETUDE - 650.000 personnes ont été victimes de débits frauduleux sur leurs comptes en 2011.

L’INFO. Les victimes de débits frauduleux sur leurs comptes bancaires se multiplient. Selon une étude de l'ONDRP, l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, 650.000 personnes ont été victimes de débits frauduleux en 2011, contre 500.000 en 2010. Sur un an, la hausse s’élève à 30%.

Internet en ligne de mire. Au total, 2,3% des ménages ont ainsi été victimes en 2011 en France de débits bancaires frauduleux. Un peu plus de la moitié d’entre elles disent que le débit le plus récent les visant "a été effectué dans un commerce en ligne", c'est-à-dire en utilisant leurs informations bancaires confidentielles, numéros de comptes, de cartes ou identifiants de connexion.

>>> A LIRE AUSSI : Arnaques à la Nigériane, attention danger

Des sommes peu importantes. Les fraudes constatées concernent toutefois des sommes peu élevées : 27% des victimes déclarent que le montant des débits est inférieur ou égal à 100 euros, 25% qu'il se situe entre 100 et 300 euros, 29% entre 300 et 1.000 euros. 19% des montants dérobés sont supérieur à 1.000 euros. Par ailleurs, sept ménages sur dix assurent avoir découvert l'existence de ces débits en consultant leurs relevés d'opérations.

24.12 Carte bleue paiement en ligne

© MaxPPP

Peu de plaintes. Plus de la moitié des victimes ignorent comment le ou les auteurs ont procédé pour obtenir leurs informations bancaires et un peu moins d'un ménage sur deux (44%) déclare avoir déposé plainte. Cela peut s'expliquer par le fait que, en théorie, si il n'y a pas eu vol de carte bleue, la victime doit être remboursée par sa banque. Dans les faits, 77% des victimes disent avoir été remboursés par la banque de l'intégralité du préjudice.

Une étude ciblée. L’augmentation du nombres du débit frauduleux enregistrée est d’autant plus significative que, dans son enquête, l’ONDRP a exclu les débits frauduleux, les litiges avec des créanciers,  les débits résultant d’un vol ou les cas d’extorsion, notamment.