Lauvergeon : "Des bruits viennent de gens qui ne me veulent pas du bien"

  • A
  • A
Partagez sur :

INTERVIEW E1- L’ex-patronne du géant nucléaire français répond au micro d’Europe 1 aux accusations de "faux" sur sa gestion du groupe.

Donnée un temps entrante dans le gouvernement Valls, Anne Lauvergeon, l’ex-patronne d’Areva, est citée dans deux affaires concernant le géant du nucléaire, dont l’Etat est actionnaire. L’une d'entre elles est menée par la brigade financière et concerne la période 2007-2011. Elle cible particulièrement le rachat controversé par Areva du Canadien UraMin en 2007. Anne Lauvergeon a défendu au micro d'Europe 1 sa gestion et les résultats du groupe sous sa direction. Elle "n'accuse personne", mais assure que "les bruits" qui courent sur son compte "viennent de gens qui ne me veulent pas du bien".

UraMin, une mauvaise affaire ? L’entreprise minière canadienne a été achetée 1,8 milliard d’euros par Areva en 2007. Un prix ahurissant pour une société minière dont les ressources n’étaient pas avérées. Anne Lauvergeon, au micro d’Europe 1, estime qu’il faut replacer l’achat dans son contexte, juste avant la crise des Subprime. "C'est vrai que nous avons acheté UraMin au mauvais moment", admet Anne Lauvergeon. Elle ajoute également que le nucléaire, le prix et la consommation d’uranium a chuté suite à l’accident de Fukushima en 2011 et l'arrêt des réacteurs japonais.

La gestion mis en cause. L’enquête vise des faits de "présentation ou publication de comptes inexacts ou infidèles", "diffusion d'informations fausses ou trompeuses", "faux et usage de faux"."C'est une procédure contradictoire, j'ai répondu point par point à l'ensemble des éléments il y a une semaine, dix jours", assure Anne Lauvergeon.

Une enquête de la Cour des comptes. Anne Lauvergeon rappelle que "la Cour des comptes fait tous les cinq ans un bilan et un contrôle des entreprises publiques". Elle a assuré au micro d'Europe 1 que son bilan est bon, que le groupe créé en 2001 est devenu numéro 1 mondial du nucléaire, qui a embauché 30.000 personnes en France et qui a augmenté de 30% son chiffre d'affaires et versé 3 milliards d'euros à l'Etat en faisant mieux au CAC40 que les autres entreprises.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

JUSTICE - Enquête préliminaire ouverte sur le rachat d'Uramin par Areva

RETOUR SUR - Areva et "l'escroquerie" UraMin

PORTRAIT - Anne Lauvergeon, patronne emblématique

POURQUOI ? - Anne Lauvergeon, les raisons d’un départ