Lait : malgré l'accord, tensions dans le Cantal et le Tarn

  • A
  • A
Lait : malgré l'accord, tensions dans le Cantal et le Tarn
Partagez sur :

Des producteurs de lait du Cantal poursuivaient samedi le blocage de deux fromagerie dans le Cantal. Situation tendue aussi dans le Tarn.

L'accord sur le prix du lait n'a pas sonné la fin des tensions sur le terrain. Dans le Cantal, l'usine Lactalis de Riom-ès-Montagnes s'est vu remettre samedi une ordonnance de référé, lui enjoignant de reprendre la collecte sous peine d'une amende de 15.000 euros par producteur. Cette entreprise, qui fabrique essentiellement des fromages AOC, est bloquée depuis lundi par les éleveurs qui exigent que leur lait soit payé 305 euros les mille litres. L'accord conclu mercredi à Paris entre agriculteurs et laiteries prévoit un prix maximum de 280 euros.

Une autre fromagerie du Cantal, située à Saint-Mamet, est elle aussi bloquée. Agriculteurs et direction ont tour à tour saisi la justice, s'accusant mutuellement d'entraver la collecte de lait. Vendredi soir, les éleveurs du Puy-de-Dôme, dont le lait n'était pas collecté en raison de ce mouvement, avaient perturbé la circulation autour de Clermont-Ferrand. Ils avaient levé leurs barrages après avoir obtenu de la préfecture qu'elle réquisitionne les camions de la laiterie Dischamp et des autres usines de Lactalis.

Des tensions se font aussi sentir dans le Tarn où une trentaine de producteurs ont manifesté samedi contre l'accord sur le prix du lait à la mairie de Lavaur.

L'accord conclu mercredi entre producteurs, industries privées et coopératives, prévoit un prix moyen du lait pour 2009 entre 262 et 280 euros les 1.000 litres. Validé par la FNSEA, il est très critiqué par les autres organisations syndicales qui n'ont pas participé aux négociations, mais il est aussi très contesté au sein même de la FNSEA.