Lait : la situation ne va pas s’arranger

  • A
  • A
Lait : la situation ne va pas s’arranger
Partagez sur :

Dans un rapport sur la situation du marché du lait publié mercredi, la Commission européenne annonce des prévisions pessimistes

La nouvelle ne va pas calmer les producteurs de lait. La Commission européenne s'attend à une nouvelle dégradation des marchés mondiaux du lait, selon son rapport sur la situation en 2009 qui sera publié mercredi. La "forte baisse de la demande des certificats d'exportation" constatée en juin "pourrait souligner un affaiblissement supplémentaire de la demande mondiale".

Dans ce rapport, très attendu par les professionnels du secteur, la Commission européenne prévient, en outre, que ses mesures d'aide en 2010 et 2011 seront forcément réduites : "la possibilité de financer de nouvelles mesures dans le secteur laitier sur le budget 2010 apparaît assez limitée. Sur le budget 2011, les marges de manœuvre semblent tout aussi limitées", peut-on lire dans le dossier de 10 pages.

La Commission européenne souhaite autoriser les Etats membres à verser une aide publique allant jusqu'à 15.000 euros par exploitation mais refuse de revenir sur la disparition progressive du système des quotas, ou de relever les prix d'intervention sur les marchés.

Seule bonne nouvelle du rapport pour les professionnels du lait, la Commission rappelle qu'elle continue d'enquêter sur les pratiques anticoncurrentielles à l'œuvre dans la chaîne de distribution. Elle fait savoir qu'elle n'hésitera pas à agir si elle parvient à la conclusion que les industriels usent d'un pouvoir de fixation des prix au détriment des consommateurs.

Bruxelles propose donc de créer un système européen de contrôle et d'information sur les prix. Par ailleurs, la Commission incite les producteurs laitiers à s'organiser et se regrouper pour accroître leur pouvoir de négociation face à la grande distribution et appelle les Etats membres à favoriser de tels regroupements.