La taxe Tobin, ça consiste en quoi ?

  • A
  • A
La taxe Tobin, ça consiste en quoi ?
Après l'Union européenne, la France a décidé de relancer le dossier de la taxe Tobin.@ REUTERS
Partagez sur :

DECRYPTAGE - Prévue pour être indolore, elle doit avant tout permettre de limiter la spéculation.

Nicolas Sarkozy a remis sur la table vendredi son souhait d’instaurer une taxe sur les transactions financières "avant la fin du mois de janvier". Mais à quoi correspond exactement cette taxation plus connue sous le nom de "taxe Tobin" ? Un principe, deux objectifs : Europe1.fr fait les présentations en trois points.

Un principe : une micro-taxe sur des giga-flux financiers

L’idée d’une taxe sur les transactions financières n’est pas nouvelle : elle a été imaginée en 1972 par le Prix Nobel d'économie américain James Tobin, avant d’être popularisée en France par le collectif altermondialiste Attac.

Le principe est simple : prélever un très faible pourcentage (de l’ordre de 0,01%) sur chaque transaction. Reste ensuite à définir quels types d’échanges sont taxés : les transactions monétaires, les ordres de Bourse, voire les obligations d’Etat et les échanges sur les marchés dérivés. La taxe Tobin présente l’avantage d’être indolore puisqu’elle concerne des transactions qui se chiffrent en milliards chaque jour.

Objectif n°1 : freiner la spéculation

La taxe Tobin est avant tout invoquée pour limiter la spéculation et donc l'instabilité sur les marchés. Banques, traders et fonds d’investissement réalisent une bonne partie de leurs gains en multipliant les opérations à très court terme  mais sur des montants astronomiques.

Instaurer une taxe, même très faible, sur chaque transaction, c’est donc une manière de réduire cette marge et donc de décourager les spéculateurs. L’investisseur lambda, qui ne réalise pas plus de dix opérations par an sur les marchés, ne percevrait même pas la différence.

Objectif n°2 : faire rentrer de l’argent

Même à un taux de 0,01%, la taxe Tobin permettrait de collecter quotidiennement des millions d’euros. En période de disette budgétaire, une telle taxe est donc très séduisante aux yeux de gouvernements qui n’étaient jusque-là pas très pressés d’étudier la question.

Reste à savoir à quoi sert l’argent collecté. A l’origine, la taxe Tobin a été conçue pour aider les pays du Tiers-monde à se développer. Mais la crise financière est passée par là et, depuis, d’autres pistes sont privilégiées : utiliser cet argent pour la Commission européenne, ce qui permettrait de réduire les contributions des Etats membres. Ou le reverser dans un pot commun utilisé en cas de nouvelle crise de la dette au sein de l’Union européenne.