La Poste : après la votation, un référendum ?

  • A
  • A
La Poste : après la votation, un référendum ?
Partagez sur :

La consultation sur le changement de statut de La Poste a recueilli plus de 2 millions de suffrages et plus de 90% de "non".

Un résultat inédit. La votation citoyenne sur l'avenir de La Poste, qui s'est achevée samedi, a recueilli plus de 2 millions de suffrages. Le "non" l'a emporté à plus de 90%, ont indiqué lundi les organisateurs. "Cette votation est un succès historique", a noté dans un communiqué le comité qui regroupe une soixantaine de partis, associations et syndicats.

"Nous attendons évidemment du gouvernement qu'il décide le retrait du projet de loi et qu'il lance un débat national dont le point d'orgue serait un référendum officiel", ont exigé les organisateurs de la consultation qui n'avait pas de statut légal. Le Parti socialiste avait déjà annoncé samedi soir qu'il déposerait une proposition de loi dans le cadre de la niche parlementaire du 15 octobre. Objectif : fixer les modalités d'organisation d'un référendum d'initiative populaire, qui est inscrit dans la Constitution, mais que le gouvernement tarde à instaurer.

"Pourquoi attend-on si longtemps pour concrétiser une disposition qui maintenant existe dans notre Constitution?", s'est ainsi interrogé le socialiste Didier Migaud, président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale dimanche matin sur Europe1 lors du Grand Rendez-vous Europe1/Le Parisien :

Le porte-parole du Parti socialiste, Benoît Hamon, a déclaré lundi que si le président de la République n'organise pas un référendum sur La Poste, la votation serait refaite avec "encore plus de mobilisation" et débouchera sur un "doublement des résultats au minimum". Selon lui, les résultats "doubleront, au minimum".

Le projet de loi sur la réforme de La Poste sera examiné la semaine du 2 novembre au Sénat, a annoncé lundi le ministre des Relations avec le Parlement, Henri de Raincourt. Ce texte pourrait ensuite passer à l'Assemblée nationale la semaine du 14 décembre, a précisé le ministre.
Dans un sondage paru dimanche dans Sud Ouest Dimanche, une large majorité de Français (59%) souhaite également que le gouvernement organise un référendum. A noter que la participation à la votation citoyenne a été particulièrement forte dans les zones rurales et dans les banlieues populaires des grandes villes.

> Woerth dénonce un mensonge