La population française croît moins vite

  • A
  • A
La population française croît moins vite
La population de la France a augmenté l'an dernier pour atteindre 65,8 millions d'habitants, mais la hausse a été plus faible que les années précédentes, en raison d'un nombre de décès très important en 2012, selon les chiffres publiés mardi par l'Insee.@ MAX PPP
Partagez sur :

ETUDE - Elle n'a augmenté que de 0,47% en 2012. Les décès ont été "particulièrement nombreux."

L'INFO. La population française grandit toujours, mais moins vite. Elle a atteint au total 65,8 millions d'habitants en 2013,  avec une fécondité stable, à 2,01 enfants par femme, et des décès particulièrement nombreux l'an dernier, a annoncé mardi l'Insee. La France reste en deuxième position au sein de l'Union européenne, derrière l'Irlande championne de la fécondité, avec 2,05 enfants par femme.

• Croissance la plus faible depuis 10 ans. La France métropolitaine et les départements d'outre-mer comptaient au 1er janvier 2013 65.586.000 habitants sans compter Mayotte, selon les données du recensement, soit environ 300.000 personnes de plus qu'un an auparavant (+0,47%). En effet en 2012, le solde migratoire, c'est-à-dire la différence entre le nombre des personnes entrées et sorties du territoire, est resté relativement faible (+54.000). Surtout, le "solde naturel", soit la différence entre le nombre de naissances (822.000 en 2012) et le nombre de décès (571.000), qui explique l'essentiel de la croissance, est "parmi le plus bas de la décennie".

"Le fait majeur : le nombre de décès"

• Moins de  femmes en âge de procréer… Les naissances ont un peu diminué en 2012, à 822.000 contre 827.000 en 2011. Les causes : une diminution du nombre de femmes en âge de procréer et une stabilité de la fécondité, à 2,01 enfants par femme. De 2002 à 2012 en effet, le nombre de femmes âgées de 15 à 50 ans a diminué de 1,1%, et celui de 20 à 70 ans a baissé de 3,2%. L'âge moyen à l'accouchement a, lui, continué d'augmenter pour atteindre 30,1 ans.

• … Et plus de décès chez les femmes. Les décès ont été, eux, "particulièrement nombreux" en 2012, en raison d'une vague de froid exceptionnelle et de plusieurs épidémies (grippe, gastro-entérites...), souligne l'Insee. Ce grand nombre de décès explique qu'en 2012, l'espérance de vie a stagné pour les hommes (78,4 ans) et a même diminué de deux mois pour les femmes (84,8 ans). "Le fait majeur de 2012, c'est le nombre de décès important", a commenté Pascale Breuil, chef de l'unité des études démographiques et sociales de l'Insee.

• Un ralentissement qui va se poursuivre. Le vieillissement des classes nombreuses du baby-boom devrait  mécaniquement augmenter le nombre de décès et ralentir la croissance démographique à l'avenir. Au 1er janvier 2013, la France comptait 17,5% d'habitants âgés d'au moins 65 ans et près d'un habitant sur dix avait au moins 75 ans.