La pire récession depuis 1945

  • A
  • A
La pire récession depuis 1945
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le PIB a reculé de 2,2% en 2009 a annoncé vendredi l’Insee.

2009 a été une année noire pour l’économie française. Le Produit intérieur brut (PIB) a reculé de 2,2% , "soit la baisse la plus importante depuis l'après-guerre", a annoncé vendredi l'Insee (Institut national de la statistique et des études économiques).

Une lueur d’espoir toutefois. La ministre de l'Economie Christine Lagarde a préféré insister sur la croissance enregistrée au quatrième trimestre : +0,6%. "C'est vraiment un résultat satisfaisant", a estimé Christine Lagarde sur RMC. Dans ses dernières prévisions, l'Insee tablait sur une croissance de 0,4% au dernier trimestre, et la ministre avait plusieurs fois dit espérer "un peu mieux" que 0,3%.

Soutenu par la consommation des ménages

Au quatrième trimestre, les dépenses de consommation des ménages ont augmenté de 0,9% (après +0,1% au troisième trimestre). Cette hausse s'explique par une nette progression des achats d'automobiles (+8,0% après -0,4%), grâce à la prime à la casse, qui va progressivement diminuer en 2010, souligne l'Insee.

Baisse moins marquée de l’emploi

La France a continué à perdre plus d'emplois salariés qu'elle n'en a créé au quatrième trimestre 2009, mais la baisse a été "moins marquée qu'au trimestre précédent" à -56.500, portant à 412.000 le total des destructions nettes en 2009, selon des données provisoires Insee parues vendredi.

En revanche, l'investissement s'est de nouveau contracté "nettement" (-1,2% après -1,4%) et le commerce extérieur a contribué négativement à la croissance du PIB. Les exportations ont ralenti (+0,5% après +1,8%), "affectées notamment par la chute des ventes de biens d'équipement", et les importations ont accéléré (+3,3% après +0,3%).

Recul de 5 % en Allemagne

L'Allemagne, qui publiait également ses statistiques de croissance vendredi matin, a de son côté subi un coup d'arrêt au quatrième trimestre avec une croissance nulle. Sur l'année, la première économie européenne a, comme la France, subi sa pire récession depuis l'après-guerre mais avec une contraction du PIB deux fois plus forte, de 5%.,2% en 2009 a annoncé vendredi l’Insee.