La "marque" France a-t-elle la cote ?

  • A
  • A
La "marque" France a-t-elle la cote ?
La France est considérée comme l'un des champions des arts et de la culture.@ MAXPPP
Partagez sur :

Une étude présentée mercredi tente d'évaluer l'image de marque des grands pays du monde.

Quelle image les pays renvoient-ils d'eux-mêmes ? C'est à cette question que le Nation Goodwill Observer, étude publiée mercredi par Ernst&Young, HEC, Havas Design, W&Cie et Cap, s'est attaché à répondre, en interrogeant un millier de leaders économiques et d'opinion internationaux. Europe1.fr vous en dévoile les principaux enseignements.

• L'Allemagne, une marque forte. Premier constat, l'Allemagne bénéficie d'une confiance sans égal des investisseurs. Elle occupe la première place du classement, suivie par le Canada, la Suède, la Suisse et l'Australie.

• La France à la traîne en Europe, mais… La France, elle, pointe à la septième place du classement général. Elle bénéficie avant tout d'un formidable avantage : sa créativité artistique et culturelle. Sur ce sujet, le pays pointe même à la première place. "C'est un atout, sur lequel le pays doit capitaliser pour se démarquer sur le plan international, explique Denis Gancel, l'un des responsables de l'étude, interrogé par Europe1.fr.

• Les Etats-Unis ne font plus rêver.  Les Etats-Unis, qu'on aurait pu imaginer assez hauts dans le classement, pointent eux à la neuvième place. Un retard qui s'explique par la mauvaise image du pays dans un certain nombre de régions du globe, notamment en Asie et au Moyen-Orient.

• L'image de la France en perte de vitesse. De l'image actuelle aux perspectives d'avenir, il y a cependant un grand pas. L'étude s'est également attachée à demander aux sondés ce qu'ils pensaient de l'évolution à venir. Et là, l'Europe s'en tire beaucoup moins bien. En dehors de l'Allemagne, qui reste proche de la tête à la sixième place, les pays européens sont à la traîne : La Suède échoue à la onzième place, le Royaume-Uni à la douzième, et la France se retrouve même en queue de peloton, au 19ème rang !

• Les émergents saisissent leur chance. Sans surprise, ce sont les nouvelles puissances qui prennent la tête, emmenées par la Chine, n°1 du classement, l'Inde (n°2) et le Brésil (n°3). Pour Denis Gancel, ces disparités s'expliquent d'abord par un "effet crise" : les difficultés que connaît l'Europe n'inspireraient pas confiance aux leaders économiques. La crise n'explique cependant pas tout. "En Asie notamment, les population ont appris à vivre avec la mondialisation. Alors qu'en Europe notamment, nous avons beaucoup plus de mal à l'accepter", explique-t-il.