La justice suspend le plan social de Goodyear

  • A
  • A
La justice suspend le plan social de Goodyear
Partagez sur :

Le plan de restructuration visant le site d’Amiens-Nord du fabricant de pneumatiques prévoyait 820 licenciements.

Les salariés de Goodyear d’Amiens-Nord obtiennent un sursis. Le tribunal de grande instance de Nanterre a suspendu vendredi le plan de restructuration qui prévoyait 820 suppressions d'emplois dans l'usine de pneumatiques de la Somme, après un recours déposé par le Comité central d'entreprise et la CGT.

Constatant qu’il manque des informations "sur la restructuration du site en ce que le plan présenté n'est pas complet sur le devenir de la production des pneumatiques agricoles", le tribunal suspend "l'information/consultation du plan de restructuration présenté à compter du 26 mai 2009 jusqu'à ce qu'il ait été satisfait à cette information", selon le texte du jugement.

Le plan social annoncé le 26 mai par la direction prévoyait 820 licenciements, soit deux fois plus que ce que prévoyait une précédente restructuration, qui devait toucher 402 emplois, mais que le tribunal de Nanterre avait interdit pour non respect des procédures légales.

Goodyear avait invoqué une dégradation de son activité due à la crise économique : alors qu'elle produisait près de 23.000 pneus tourisme par jour il y a encore deux ans, l'usine d'Amiens-Nord n'en produit plus aujourd'hui que 9.000 et les salariés sont contraints au chômage partiel une semaine par mois depuis six mois.

Les salariés s'attendent désormais à ce que la direction revienne à la charge. "Si elle revient avec d’autres projets, on l’attend de pied ferme", prévient Antoine Wamen, délégué CGT de l'usine, au micro d'Europe 1. "On a gagné il y a moins d’un an, on a gagné aujourd’hui, on gagnera encore. Quoi qu'il arrive, on est prêts."