La géolocalisation, une mine d’or pour les opérateurs téléphoniques

  • A
  • A
La géolocalisation, une mine d’or pour les opérateurs téléphoniques
Partagez sur :

Orange s’est lancée sur ce créneau très rentable depuis trois ans. SFR depuis peu et Bouygues Telecom y réfléchit.

En cette période de vacances, vous pensez bronzer sereinement, et pourtant, vous êtes espionnés par les opérateurs de téléphonie mobile. Vous êtes en effet géolocalisés et, en conséquence, les opérateurs savent quels lieux touristiques vous fréquentez. Et c'est une vraie mine d'or pour eux.

Utile pour les collectivités. Quel itinéraire tracer pour une nouvelle ligne de bus ? A quelle heure ouvrir ou fermer els boutiques ? A quel endroit implanter un nouveau parking ? Toutes ces questions, très importantes pour une mairie ou un office de tourisme, parfois tranchées au doigt mouillé, auront désormais une réponse fiable grâce aux statistiques revendues par les opérateurs télécoms.

Avec les 50.000 antennes qui font le lien avec les téléphones portables partout en France, on peut mesurer, autour de chaque antenne, combien de téléphones se trouvent là. Et on peut même dire, en préservant l’anonymat, s’il s’agit d’un homme, d’une femme, d’un François ou d’un étranger. Et on connait même la tranche d’âge ?

Mieux répondre aux besoins des touristes. Avec toutes ces données, on peut donc adapter les équipements pour les touristes. Si on se rend compte, par exemple, que nombre de touristes viennent d’un pays en particulier, alors pourquoi ne pas embaucher un guide qui parle leur langue ? On peut aussi détecter des embouteillages en direct, et donc changer la durée des feux rouges, par exemple. Autre possibilité : installer davantage de sanitaires près d’un lieu qui serait souvent utilisé pour des pique-niques.

C’est l’un des aspects de ce qu’on appelle "le big data". Orange s’est lancée sur ce créneau très rentable depuis trois ans. SFR depuis peu et Bouygues Telecom y réfléchit. Car il y a des millions d’euros à générer avec cette technique.