La France condamnée à une faible croissance ?

  • A
  • A
La France condamnée à une faible croissance ?
Le ministère de l'Economie, à Paris.
Partagez sur :

Alors que le chômage repart à la hausse, la croissance française pourrait piquer du nez en 2012.

Y-a-il un problème avec la croissance française ? Si officiellement, la prévision de croissance de 2% pour 2011 reste d'actualité, des inquiétudes existent sur le deuxième semestre et l'année 2012. La mauvaise nouvelle est venue de Washington mercredi. Le Fonds monétaire international (FMI) a prévu un léger ralentissement de la croissance en 2012 à 1,9% après une hausse du produit intérieur brut (PIB) de 2,1% attendue en 2011, dans son rapport annuel sur l'économie française.

La croissance de l'économie française devrait ralentir à 0,2% au deuxième trimestre, avait déjà estimé au début du mois la Banque de France. De mauvais augure pour la croissance française, nécessaire dans la lutte contre le chômage.

"Nous avons besoin de croissance"

Et du côté du gouvernement, c'est la grise mine. Au lendemain d'une nouvelle hausse du chômage au mois de juin, Xavier Bertrand, lui-même, n'a pas semblé vouloir se faire d'illusions. "Quand on regarde bien les choses, nous avions une croissance de 0,9% au 1er trimestre. Elle est en train de baisser considérablement. S’il n’y a pas de croissance, c’est plus difficile", a déploré le ministre du Travail.

"Elle est en train de baisser considérablement ":

"Nous avons besoin de croissance", a-t-il rappelé sur Europe 1. Pourtant, celle-ci n'est toujours pas au rendez-vous, alors même que la crise est derrière nous.

Un problème structurel ?

Une situation peu surprenante pour l'économiste Marc Touati. "Il ne faut pas imaginer que c'est un problème conjoncturel, c'est structurel. Depuis dix ans, l'économie française n'arrive plus à faire de la croissance forte. (...) Il y a un problème de pression fiscale trop forte, de pression réglementaire trop forte. C'est la raison pour laquelle les entreprises ont du mal à créer des emplois", a-t-il expliqué sur Europe1.

"Il n'y a pas beaucoup de croissance, on risque même d'avoir une croissance zéro au second ou troisième trimestre en France voire en Europe", prévient déjà Marc Touati.