La FNSEA annonce un blocage des laiteries lundi

  • A
  • A
La FNSEA annonce un blocage des laiteries lundi
Partagez sur :

Les producteurs français de lait vont organiser une "journée d'action" lundi en bloquant les laiteries, a annoncé Jean-Michel Lemétayer, le président de la FNSEA. Ils ont poursuivi mercredi leurs actions en France contre la baisse du prix du lait.

La détermination des producteurs de lait ne faiblit pas. "On va bloquer les laiteries lundi" pour protester contre l'effondrement des cours des prix du lait payé aux producteurs par les industriels, a affirmé Jean-Michel Lemétayer jeudi matin sur RTL. Le président de la FNSEA, en organisant cette "nouvelle jounée d'action, entend dénoncer la "baisse des prix qu'on ne retrouve pas dans les linéaires" des magasins. Jean-Michel Lemétayer, lui-même producteur laitier, a affirmé que "le salut viendra d'une négociation nationale" entre producteurs et industriels.

Les producteurs de lait ont poursuivi leurs actions mercredi avec en point d'orgue une manifestation devant les sièges de Danone et de Sodiaal, premier groupe coopératif laitier français, l’arrêt de la collecte du lait dans l’Ouest et blocage de centrales d’achat dans le Calvados. Les producteurs de lait ont poursuivi leurs actions mercredi. Ils dénoncent depuis une semaine l'effondrement du prix auquel les industriels leur achètent leur lait, - 30 % en un an.

Jean-Michel Lemétayera qualifié d"'énorme bêtise" la décision en 2008 de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) de remettre en question le cadre juridique des négociations de l'interprofession laitière. Depuis le mois d'avril, le prix du lait est fixé par les industriels sans concertation avec les autres membres de la filière laitière, sur la base d'un marché mondial en baisse.

La Fédération nationale de l'industrie laitière (FNIL) a accueilli favorablement la proposition d'un retour à des négociations. Et de son côté, le gouvernement n’est plus opposé à un indicateur national sur le prix du lait. Mais il doit faire attention à ne pas s’exposer à des amendes pour non respect des règles de la concurrence.

Parmi les pistes explorées mercredi, une formule mathématique automatique pourrait remplacer les négociations qui se tenaient auparavant chaque trimestre entre les producteurs et les industriels.

A l'échelle européenne, les producteurs menacent d'une "grève du lait" si des réponses urgentes ne leur sont pas apportées.