La fin du monopole sur les pare-chocs ?

  • A
  • A
La fin du monopole sur les pare-chocs ?
@ MAXPPP
Partagez sur :

ENQUETE - Aujourd'hui, seuls les constructeurs fournissent les pièces extérieures des voitures.

Ce monopole n'existe qu'en France. Pare-chocs, capots, rétroviseurs...seuls les constructeurs automobiles ont aujourd'hui le droit de vendre tout ce qui se trouve à l’extérieur d'une voiture de leur marque. Mais la situation pourrait changer dans les mois à venir.

Chez nos voisins européens, les pièces sont protégées sur les véhicules neufs mais des copies peuvent être installées lors des réparations, à l'instar des génériques pour les médicaments. Face à la "hausse significative du prix des pièces détachées et des prestations de réparation et d'entretien automobile depuis la fin des années 90", l'Autorité de la concurrence a donc annoncé mercredi le lancement une consultation publique sur cette question.

"Nous sommes le seul pays européen dans lequel le prix des pièces détachées a augmenté en dix ans", rappelle au micro d'Europe 1 Bruno Lassere, président de l'Autorité de la concurrence. "Dans tous les autres pays européens, ce prix a diminué. Il est donc normal que nous posions la question : existe-t-il des justifications au maintien de ce monopole ?", s'interroge-t-il. "Tous les arguments méritent d'être mis sur la table".

Les constructeurs évoquent la menace sur l'emploi

"Quelle possibilité avons-nous pour faire baisser la facture ? On n'a pas de moyens, on n'a pas de marge de manœuvre puisqu'on n'a pas de source d'approvisionnement autre que la pièce constructeur", déplore sur Europe 1 Gérard Polo, président de la Fédération des artisans automobiles. S'il y avait la libération de ces pièces dites "visibles", le prix pourrait baisser de 30% voire 35%", insiste-t-il.

De leur côté, les constructeurs mettent en garde contre la libéralisation du secteur. Ils brandissent les menaces sur la sécurité des pièces mais aussi sur l'emploi chez les constructeurs qui fabriquent ces pièces et chez les concessionnaires qui les changent sur les voitures.

En France, le coût de l'entretien et de la réparation d'une voiture a bondi de 28% en 10 ans, soit l'une des plus forte progression en Europe.