La fin de l'embellie du chômage

  • A
  • A
La fin de l'embellie du chômage
@ REUTERS
Partagez sur :

Le nombre de chômeurs a grimpé de 1,3% en juin, effaçant les bons résultats du début de l'année.

Après un début d'année encourageant sur le front du chômage, le nombre de demandeurs d'emplois a continué sa hausse au mois de juin, après un mois de mai déjà marqué par un retournement de tendance.

En juin, le nombre de chômeurs n’ayant exercé aucun emploi (catégorie A) en France métropolitaine a augmenté de 1,3% par rapport à mai, soit 33.600 nouveaux inscrits, selon les statistiques du Pôle emploi. Il s'agit de la deuxième hausse consécutive enregistrée depuis le début de l'année. Sur un an, ce chiffre progresse de 1,5%. Au total, 2,7 millions de Français étaient inscrits au chômage au mois de juin.

Au final, en additionnant les catégories A, B et C, le nombre de demandeurs d'emploi fin mai augmente de 0,6% (+ 25.200 demandeurs) par rapport à mai pour s'élever à 4,1 millions, soit une hausse de 4% sur un an.

Les seniors les plus touchés

Parmi les différentes catégories touchées par cette hausse du chômage, les femmes s'en sortent mieux que les hommes : le nombre d'inscrites n'a augmenté que de 0,9% en un mois, contre +1,6% pour les hommes.

Si la hausse du chômage parmi les jeunes est conforme à la tendance générale (+1,4%), celle des seniors est bien plus inquiétante. Le nombre de demandeurs d'emploi de plus de 50 ans a grimpé de 2% en un mois, soit une hausse vertigineuse de 13% sur un an.

Autre mauvaise nouvelle, de plus en plus de chômeurs s'installent dans le chômage. Le nombre des personnes inscrites à Pôle Emploi depuis plus d'un an a augmenté de 10% sur les douze derniers mois. Et si on resserre l'observation sur les chômeurs inscrits depuis plus de trois ans, la hausse est presque deux fois plus forte : 19%.

Des "chiffres catastrophiques"

Cette deuxième hausse consécutive, après une hausse de 1% en mai, efface entièrement l'embellie de ce début d'année. Entre janvier et avril, le nombre de demandeurs d'emploi n'avait cessé de baisser : -0,7% en janvier, - 0,1% en février, -0,5% en mars puis -0,4% en avril.

"Les chiffres du chômage sont catastrophiques", a réagi jeudi sur Europe 1 Laurent Berger, secrétaire national de la CFDT en charge de l'emploi. "Je crois qu'il faut changer de fusil d'épaule au sujet de la politique de l'emploi", a-t-il ajouté, avant de demander "la fin de la défiscalisation des heures supplémentaires, car c'est contre-productif pour emploi, en plus d'être inefficace pour le pouvoir d'achat".

Xavier Bertrand veut accélérer ses mesures

"Les mauvais chiffres de mai et juin imposent une mise en oeuvre la plus rapide possible de la totalité des mesures concrètes pour l'emploi adoptées au Parlement début juillet", a réagi mercredi le ministre du Travail, Xavier Bertrand.

Le ministre cite notamment l'entrée en vigueur au 1er septembre du "contrat de sécurisation professionnelle" garantissant aux licenciés pour motif économique un niveau d'indemnisation correspondant à 98% du salaire net et un accompagnement renforcé d'un an. Xavier Bertrand mise aussi sur l'alternance ouverte à de nouveaux secteurs et des "prépa-apprentissage" pour des jeunes très éloignés de l'emploi.

Le ministre du Travail, Xavier Bertrand, sera l'invité d'Europe 1 jeudi matin à 8h20.