La distribution des licences 4G reportée ?

  • A
  • A
La distribution des licences 4G reportée ?
Free doit se lancer dans le mobile en 2012@ MAXPPP
Partagez sur :

Free demande au gouvernement de revoir le calendrier. Objectif : favoriser la concurrence.

Iliad veut sa part du gâteau. La maison mère du fournisseur d'accès à internet Free a demandé au gouvernement de reporter l'attribution des fréquences de téléphonie mobile de quatrième génération, (4G), afin d’avoir toutes ses chances face aux opérateurs historiques.

"La procédure, telle qu'envisagée à ce jour, privilégie l'aménagement du territoire et la valorisation du spectre (de fréquences). Le développement de la concurrence est peu pris en compte", déplore Illiad dans un courrier envoyé au ministre de l'Industrie Eric Besson, publié lundi par Les Echos.

"Pour ne pas assister à une préemption du spectre par les opérateurs les plus riches, il nous paraît indispensable que les pouvoirs publics adoptent des mesures" spécifiques, écrit Xavier Niel, actionnaire majoritaire du groupe Iliad et dirigeant historique de l'opérateur Free.

2 milliards de recettes pour l'Etat

Ces licences devaient à l'origine faire l'objet d'un appel à candidatures en mai, pour une attribution des fréquences planifiées pour fin 2011. Le gouvernement français compte tirer des recettes de l'ordre de 2 milliards d'euros.

Free, trublion de l'internet, doit se lancer dans le mobile en 2012. Il pourra répondre, avec les trois grands opérateurs qui se partagent le marché du fixe et du mobile (Orange, SFR, Bouygues Telecom) à l'appel d'offres pour les nouvelles fréquences, tout comme des candidats qui ne seraient pas des opérateurs télécom.

Une nouvelle consultation publique ?

Xavier Niel demande notamment que le gouvernement "garantisse un accès au spectre à au moins quatre opérateurs" mais aussi qu'il "plafonne" la quantité de fréquences détenue par chacun d'entre eux. Il demande également aux autorités d'organiser "une nouvelle consultation publique avant d'arrêter définitivement le dispositif d'attribution du dividende numérique, plutôt que de le fixer dans l'urgence et sans que nous soient connus les expertises techniques et les avis rendus".

Enfin, l’actionnaire majoritaire d’Iliad rappelle "qu’il n'y a pas d'urgence à attribuer ce spectre".