La croissance ne devrait augmenter que de façon limitée d'ici 2018

  • A
  • A
La croissance ne devrait augmenter que de façon limitée d'ici 2018
Image d'illustration@ ERIC PIERMONT / AFP
Partagez sur :

Selon les prévisions de la Banque de France, la croissance ne devrait augmenter que de façon très lente au cours des trois prochaines années en France. 

La croissance ne devrait augmenter que de façon très lente au cours des trois prochaines années en France, passant de 1,4% du PIB au moins cette année à 1,5% en 2017, puis 1,6% en 2018, selon les prévisions pluriannuelles publiées vendredi par la Banque de France.

Regain de la zone euro et demande intérieure. D'après ces projections, effectuées sur la base d'hypothèses arrêtées mi-mai, la croissance française devrait ainsi bénéficier du regain d'activité dans la zone euro, favorisé notamment par la politique monétaire jugée "très accommodante" de la BCE. La demande intérieure gagnerait quant à elle en dynamisme, "avec une augmentation de la consommation des ménages, en particulier en 2016, et la confirmation d'une reprise durable de l'investissement des entreprises", détaille la banque centrale française dans un communiqué.

Ralentissement de l'économie mondiale. Ces prévisions sont globalement conformes aux dernières projections de l'institution monétaire, publiées en décembre. Le chiffre de croissance pour 2017 y était alors toutefois légèrement supérieur, à 1,6% du PIB. Cette légère révision à la baisse de la croissance attendue l'an prochain, selon la Banque de France, s'explique par un contexte international "moins porteur", du fait du ralentissement de l'économie mondiale, mais aussi de l'évolution des prix du pétrole, qui devraient se redresser en 2017 et 2018.

Augmentation des prix de l'énergie. La croissance serait en outre freinée, en 2016, "par une contribution nette négative de notre commerce extérieur", du fait d'une appréciation du taux de change depuis décembre, qui pénalise les exportations, les importations étant pour leur part soutenues par la forte demande intérieure. L'inflation, dans ce contexte, resterait très faible, à 0,2% en moyenne annuelle. Elle devrait toutefois se redresser pour atteindre 1,1% en 2017, puis à 1,4% en 2018, du fait d'une augmentation progressive des prix de l'énergie, selon la Banque de France.

Baisse limitée du chômage. Ce scénario de hausse graduelle de la croissance s'accompagnera, d'après l'institution monétaire, d'une baisse du chômage, mais là encore limitée. L'emploi total augmenterait ainsi de 0,7% en 2016, puis 0,6% en 2017 et à nouveau 0,7% en 2018. "Comme la population active croîtrait de 0,4% par an sur l'horizon de prévision", cela permettrait "une légère réduction" du nombre de demandeurs d'emploi, de 10,3% de la population active en 2015 à 10,1% en 2016, puis 10,0% en 2017 et 9,8% en 2018, selon la banque centrale.

Nécessaire maîtrise des dépenses. L'institution dirigée par François Villeroy de Galhau insiste par ailleurs sur la nécessaire "maîtrise" des dépenses pour atteindre les objectifs de réduction du déficit et permettre à la dette publique, qui reste "élevée", à près de 96% du PIB en 2015, de refluer. Le gouvernement, qui table sur une croissance de 1,5% cette année, s'est engagé à ramener le déficit public à 3,3% du PIB en 2016, puis 2,7% du PIB en 2017.