La croissance en France au 3e trimestre serait de 0,2%

  • A
  • A
La croissance en France au 3e trimestre serait de 0,2%
@ MAXPPP
Partagez sur :

La Banque de France prévoit une très faible croissance, bien inférieure à celle retenue par le gouvernement pour honorer ses engagements européens en termes de déficits.

L'info. La Banque de France a estimé vendredi que la croissance en France devrait être de 0,2% au troisième trimestre, alors que les économistes prédisent une quasi-stagnation au deuxième trimestre. L'institution se base pour cette prévision sur son enquête mensuelle auprès des entreprises, qui ont fait état d'une légère progression de leur production en juillet et s'attendent à une stabilisation en août.

>> A LIRE AUSSI - La France demande à assouplir la rigueur

Des engagements européens. Le problème est que la France s'est engagée auprès de ses partenaires européens à réduire fortement son déficit public (Etat, Collectivités territoriales, Protection sociale) en 2014 en le faisant passer à 3,8% de son produit intérieur brut à la fin de l'année. Or, la Cour des comptes estime que le déficit "pourrait être proche de 4% du produit intérieur brut (PIB) en 2014, voire légèrement supérieur à ce chiffre" si la prévision de croissance économique du gouvernement (+1,0%) ne se réalisait pas. Les économistes et les institutions internationales prévoient une croissance autour de 0,7% cette année en France.

>> A LIRE AUSSI - Chômage, croissance... les sombres prévisions de l'OCDE

Un déficit stable. Le déficit cumulé de l'Etat français à la fin juin est resté quasiment inchangé par rapport à son niveau de la même période de 2013, s'établissant à 59,4 milliards d'euros, en raison de l'atonie persistante des rentrées fiscales. Bercy a rappelé que les prévisions de recettes fiscales nettes de l'Etat avaient été révisées à la baisse de 5,3 milliards d'euros dans le dernier collectif budgétaire, "en raison des moins-values constatées en fin d'année 2013", notamment sur l'impôt sur le revenu et l'impôt sur les sociétés. Au 30 juin, les recettes du budget général (nettes des remboursements et dégrèvements) ont diminué de 1,1 milliard d'euros à 151,6 milliards d'euros, tandis que les dépenses ont reculé de 1,9 milliard à 194,4 milliards d'euros, a rapporté vendredi le ministère des Finances dans un communiqué. Le déficit des comptes spéciaux, qui recouvre notamment les avances aux collectivités territoriales et les régimes de pension spéciaux, s'établit à 16,6 milliards d'euros à fin juin 2014 contre 15,8 milliards à fin juin 2013.

>> LIRE AUSSI - La déflation fait trembler l’Europe

Des dépenses en baisse. Le montant des dépenses est "cohérent avec la trajectoire de dépense qui découle de la loi de finances pour 2014 et des mesures d'économies complémentaires (1,6 milliard) adoptées dans le cadre de la loi de finances rectificative pour 2014", souligne le communiqué. Déduction faite des dépenses exceptionnelles (investissements d'avenir, dotation au Mécanisme européen de stabilité et à la Banque européenne d'investissement), le montant des dépenses ressort en baisse de 1,7 milliard d'euros par rapport au 30 juin 2013, a précisé Bercy.