La consommation des ménages en biens a reculé de 1,9% en janvier

  • A
  • A
La consommation des ménages en biens a reculé de 1,9% en janvier
Avec ce chiffre décevant, la consommation pourrait constituer un frein pour la croissance du premier trimestre.@ JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Partagez sur :

La consommation des ménages français en biens a accusé une baisse de 1,9% en janvier, sous l'effet d'une chute de la consommation d'énergie et d'un repli des achats de matériels de transport.

Les dépenses de consommation des ménages français en biens se sont repliées de 1,9% en janvier, après avoir déjà reculé de 1,2% en décembre, a annoncé mercredi l'Insee dans un communiqué. 

La consommation d'énergie en baisse. Ce recul s'explique essentiellement par la chute de la consommation d'énergie, liée à un mois de janvier exceptionnellement doux, explique l'institut statistique. Selon l'Insee, la consommation d'énergie a ainsi baissé de 7,6% le mois dernier, en raison de "dépenses de chauffage particulièrement basses", janvier 2018 "ayant été le mois de janvier le plus doux depuis 1900".

Moins d'achats de voitures. Les dépenses en biens fabriqués ont diminué pour le deuxième mois consécutif, de manière toutefois moins marquée qu'en décembre (-0,8% après -1,5%). Dans le détail, les achats de matériels de transport ont reculé de 3%, en particulier les achats d'automobiles neuves et d'occasion, mais également ceux de motocycles et de véhicules de loisirs. Les dépenses en équipement du logement ont rebondi légèrement (+1,7% après -6,8%), en raison notamment d'une hausse des achats de matériel audiovisuel, informatique et téléphonique.

Moins d'achats de nourriture. La consommation alimentaire, enfin, a continué de diminuer (-0,6% après -1,5%), tant dans les produits agricoles non transformés (fruits, légumes) que dans les produits agro-alimentaires (viandes, produits laitiers) et les boissons.

Les chiffres de la consommation sont une donnée importante pour la croissance française, traditionnellement portée par les achats des ménages. Le chiffre de l'Insee ne prend toutefois en compte que la consommation de biens, et pas celle de services.