La Bourse de Paris termine en hausse de 0,15%

  • A
  • A
La Bourse de Paris termine en hausse de 0,15%
@ Thomas SAMSON / AFP
Partagez sur :

"Le marché reste hésitant. Les volumes sont peu élevés, signe du manque de conviction", remarque Frédéric Rozier, conseiller de gestion.

La Bourse de Paris a terminé en très légère hausse mardi (+0,15%), partagée entre des résultats d'entreprises contrastés et l'attente d'une décision de la banque centrale américaine. L'indice CAC 40 a pris 6,77 points à 4.394,77 points, dans un volume d'échanges faible de 2,4 milliards d'euros. La veille, il avait gagné 0,16%.

La "prudence" est de mise. "Le marché reste hésitant comme depuis une dizaine de jours. Les volumes sont peu élevés, signe du manque de conviction des investisseurs", remarque Frédéric Rozier, conseiller de gestion de Meeschaert Gestion Privée. En outre, "les nouvelles se bousculent" entre les résultats d'entreprises et les réunions de banques centrales, signale-t-il. Le marché parisien s'est d'ailleurs montré très hésitant tout au long de la journée, même s'il s'est ressaisi en cours de séance après avoir évolué en baisse.

Pour Jasper Lawler, analyste de CMC Markets, "des résultats d'entreprises contrastés sont passés au second plan du fait de la prudence avant des réunions de banques centrales, de la baisse des prix du pétrole et des tensions géopolitiques après la prise d'otages dans une église en Normandie".

La décision de la BCE très attendue. Les investisseurs étaient dans l'attente de la conclusion mercredi soir de la réunion de la Réserve fédérale américaine (Fed) qui a débuté mardi, ainsi que plus tard dans la semaine de celle de la Banque du Japon (BoJ). Ces réunions seront d'autant plus suivies que les espoirs d'actions des banques centrales ont permis aux marchés de se relever rapidement après le Brexit. Le marché a enfin été animé par de nombreux résultats d'entreprises, qui vont se multiplier dans les prochaines jours.

Les banques publient des résultats décevants. Le secteur des télécoms a souffert de la publication d'Orange, tandis que les valeurs automobiles ont profité des résultats de Michelin et Faurecia. Orange a reculé (-3,73% à 13,82 euros), après avoir publié un bénéfice net de 3,17 milliards d'euros au premier semestre, en hausse de 188,3%, grâce principalement à la vente de l'opérateur britannique EE. "Mais l'accélération de la baisse du chiffre d'affaires en France au deuxième trimestre n'avait pas été anticipée", prévient Aurel BGC.

En revanche, Faurecia a bénéficié (+4,30% à 34,29 euros) de la revue à la hausse de ses objectifs de rentabilité après une progression de 56% de son bénéfice au premier semestre. Michelin a pris 1,46% à 90,04 euros, soutenu par un bénéfice net en hausse de 9% pour le premier semestre 2016 malgré un repli du chiffre d'affaires dû à un fort effet de changes. Europcar s'est enfoncé (-2,23% à 7,15 euros), pénalisé par la révision à la baisse de ses objectifs annuels en raison du vote sur le Brexit et des attentats malgré sa remontée dans le vert au premier semestre. Les banques ont baissé après les résultats décevants de l'allemande Commerzank, à l'image de BNP Paribas (-0,68% à 42,89 euros), Crédit Agricole (-057% à 7,80 euros) et Société Générale (-0,90% à 29,88 euros).