La BCE plus optimiste pour la croissance en zone euro pour 2017 à 2019

  • A
  • A
La BCE plus optimiste pour la croissance en zone euro pour 2017 à 2019
La Banque centrale européenne s'est montrée jeudi plus optimiste sur la croissance économique de la zone euro pour les années à venir.@ AFP
Partagez sur :

La Banque centrale européenne s'est montrée jeudi plus optimiste sur la croissance économique de la zone euro pour les années à venir.

La Banque centrale européenne (BCE) s'est montrée jeudi plus optimiste sur la croissance économique de la zone euro pour les années à venir, estimant que les risques pesant sur son activité économique étaient désormais moins importants. Le président de l'institution, Mario Draghi, a souligné "un élan plus important dans l'économie de la zone euro, qui devrait se poursuivre à un rythme accéléré par rapport à ce qui était prévu jusqu'à présent".

Un possible virage de la politique monétaire ? "Nous estimons que les risques sur les perspectives de croissance sont désormais globalement équilibrés", a déclaré à la presse Mario Draghi, une formule très codifiée qui marque un infléchissement par rapport aux "risques de dégradation" évoqués ces derniers mois, et un signal supplémentaire vers un possible virage de la politique monétaire. La BCE a profité de sa réunion de politique monétaire, qui s'est cette fois déroulée à Tallinn en Estonie, pour mettre à jour ses prévisions macroéconomiques.

Une augmentation de 1,9 % du PIB de la zone euro. Pour 2017, une augmentation de 1,9% du produit intérieur brut de la zone euro est désormais attendue, contre 1,8% jusqu'à maintenant. Les prévisions de croissance ont également été relevées, à chaque fois de 0,1 point, à 1,8% en 2018 et à 1,7% pour 2019. En parallèle, la BCE a en revanche revu à la baisse ses prévisions concernant l'inflation en zone euro, toujours freinée par le bas prix du pétrole. Désormais, le taux d'inflation est attendu à 1,5% en 2017 (contre 1,7% jusqu'alors), 1,3% en 2018 et 1,6% en 2019.

"L'inflation sous-jacente (hors énergie et prix de l'alimentation, ndlr) ne devrait accélérer que progressivement à moyen-terme, soutenue par nos mesures de politique monétaire et la poursuite de la reprise économique", a expliqué Mario Draghi.