L'Oréal rachète 8% de son capital à Nestlé et se renforce

  • A
  • A
L'Oréal rachète 8% de son capital à Nestlé et se renforce
@ MAXPPP
Partagez sur :

VIDÉO - Le groupe de cosmétique sécurise ainsi son avenir et son indépendance.

L'info. Les groupes Nestlé et L'Oréal ont annoncé mardi le rachat par L'Oréal de 8% de son capital détenu par Nestlé, financé par la cession de L'Oréal à Nestlé de 50% du capital de leur filiale commune Galderma, et en numéraire à hauteur de 3,4 milliards d'euros.

Ce projet d'"opération stratégique" a été approuvé à l'unanimité par les conseils d'administration des deux groupes réunis lundi, ont précisé Nestlé et L'Oréal dans un communiqué commun.

Une opération aussi stratégique que symbolique. L'Oréal, c'est une fierté française. Qui vend partout dans le monde, avec un milliard de clients dans le monde : c'est, avec Airbus, l'entreprise française la plus admirée au monde. Sauf que le groupe de cosmétique n'est pas entièrement maître de son destin : il appartient à la famille Bettencourt à hauteur de 30%, mais aussi à Nestlé, qui en détient 29 %.

Les Suisses ont été invités à entrer dans son capital il y a 40 ans, mais avec un pacte en guise de ligne de conduite : les Suisses avaient interdiction de vendre, et d'acheter, des actions sans l'accord de la famille Bettencourt. Sauf que ce pacte s'achève le 30 avril 2014 et que certains redoutaient le pire : Nestlé vendant ses 29 % à un concurrent asiatique ou américain qui, fort de ce 29% du capital du groupe français, pourrait lancer une OPA sur L'Oréal. En clair, à partir du 30 avril, il y a un risque de voir L'Oréal filer à l'étranger.

Eviter un nouvel épisode Pechiney. Ce scénario noir, L'Oréal, la famille Bettencourt et le gouvernement français le redoutent. Tout le monde a en effet été traumatisé par ce qu'on appelle le "symbole  Pechiney". En 2004, Pechiney, le champion français de l'aluminium, est racheté par un groupe canadien... qui va integralement dépecer, vendre, et finalement liquider toute la filière française de l'aluminium. Des métiers et des usines disparaissent dans la foulée.

Pour ne revivre cet épisode douloureux, le groupe L'Oréal a pris les devants et racheté les 29% de son capital que Nestlé détient. La société française la plus admirée au monde, selon toutes les enquêtes internationales, va bien rester une entreprise française.

>> Retrouvez "L'Edito Eco" d'Axel de Tarlé dans son intégralité : 



Le dossier L'Oréal : la catastrophe évitéepar Europe1fr