L’Euro 2016 va booster l'économie

  • A
  • A
L’Euro 2016 va booster l'économie
@ MAXPPP
Partagez sur :

L’organisation de l’Euro de football en France représente 1,7 milliard d’euro d’investissement.

Les amoureux du ballon rond ne sont pas les seuls à se réjouir de l'attribution de l'Euro 2016 de football à la France. Cette annonce réconforte aussi le secteur du BTP, actuellement touché par la crise. La construction ou la rénovation des douze stades retenus représente une enveloppe de 1,7 milliard d'euros.

"C'est une très bonne nouvelle pour le secteur dans une période difficile", a réagi Jean-François Roverato, PDG d'Eiffage, le troisième groupe français de BTP. Les deux autres leaders du secteur, Vinci et Bouygues, se sont également réjouis de la désignation de la France.

4 nouveaux stades à construire

Cet investissement 1,7 milliard d'euros doit permettre la construction de quatre stades à Lyon, à Nice, à Bordeaux et à Lille, dont l’enceinte devrait être livrée en 2012. L’organisation de l’Euro 2016 va aussi nécessiter la rénovation de huit autres stades : le Stade de France à Saint-Denis, le Parc des Princes à Paris, le Vélodrome marseillais, ainsi que ceux de Lens, Toulouse, Strasbourg, Saint-Etienne et Nancy.

Cet investissement massif va permettre la création de 15.000 emplois durant la phase de construction et de rénovation, ainsi que celle de 4.000 emplois durables, selon une étude de la Fédération Française de Football (FFF).

De belles perspectives pour le tourisme

Premier bénéficiaire de l’organisation de la compétition en France, le tourisme devrait connaître une très bonne année 2016, bien qu’il soit difficile de calculer les possibles retombées économiques.

"L'Euro en France, c'est un 'booster' extraordinaire", s’est réjoui Didier Arino, le directeur du cabinet Protourisme. L'homme calcule les investissements d'infrastructures (stades, hôtels...) à 3 milliards d'euros, auxquels il convient d'ajouter un milliard d'euros rapportés par le tourisme. Soit au total 4 milliards d'euros. "Avec les retombées directes et indirectes, les retombées des salaries, des charges versées, ont estime qu'au final l'impact économique est globalement doublé par rapport à cette somme", précise Didier Arino à Europe1.fr.

S'il est difficile de mesurer précisément et a priori le poids économique, il reste un certitude : l’économie du football français va en profiter, avec des infrastructures modernisées et rentables à moyen terme.

REAGISSEZ L’attribution de l’organisation de l’Euro 2016 est-elle une bonne nouvelle pour l’économie française ?