L'étiquetage des pneus, c'est maintenant

  • A
  • A
L'étiquetage des pneus, c'est maintenant
Partagez sur :

Cette réglementation européenne doit éclairer les consommateurs dans leur choix.

Elles ressembleront à celles déjà apposées sur votre frigo ou votre lave-linge. A partir de jeudi, des étiquettes figureront sur tous les pneus vendus dans l'Union européenne. 83% des Français n'en ont jamais entendu parler, selon une enquête Ipsos, et pourtant elles sont destinées à les aider à mieux faire leur choix au moment d'acheter.

>> LIRE AUSSI : Intéressé par l'étiquetage des pneus ?

Les trois critères. Performance énergétique, sécurité et niveau sonore seront pris en compte. Les pneus seront notés de A à G selon leur contribution à la consommation en carburant et leur adhérence sur sol mouillé. Le bruit de roulement externe sera, quant à lui, indiqué en décibels.

Les objectifs. Pour Clémentine Autunes, responsable marketing chez le fabricant américain Goodyear, cet étiquetage permettra de "mettre sur le marché des pneumatiques plus sûrs, moins consommateurs en carburant et donc plus écologiques". D'un côté, les consommateurs seront mieux informés pour faire leur choix, de l'autre les industriels se verront interdire progressivement les pneus notés en-dessous de G.

Du côté de l'Union européenne, on insiste également sur l'intérêt environnemental : "Le fait de choisir des pneus de meilleure qualité contribuerait beaucoup à atteindre nos objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre", justifie Ivo Belet, eurodéputé et rapporteur sur le sujet, sur le site du Parlement européen. Il rappelle que "les pneus jouent pour 20 à 30 % de la consommation de carburant des véhicules" et que "pour les voitures particulières, des pneus plus efficaces peuvent permettre de consommer jusqu'à 10 % de carburant en moins".

Les critiques. Les associations de consommateurs estiment que les critères retenus sont insuffisants. L'association 40 millions d'automobilistes salue ainsi un étiquetage "bienvenue" mais auquel il manque "le critère de durabilité du pneu, qui constitue la deuxième préoccupation des automobilistes après la sécurité", selon Daniel Quéro, président de l’association. 40 millions d'automobilistes appelle également à une "transparence totale", souhaitant que "les manufacturiers communiquent sur les températures de test qu’ils utilisent pour fixer la note des pneumatiques qu’ils commercialisent."