L'Etat a-t-il fait un nouveau cadeau aux autoroutes ?

  • A
  • A
L'Etat a-t-il fait un nouveau cadeau aux autoroutes ?
@ MaxPPP
Partagez sur :

PLEINS PHARES - Selon Le Parisien, un accord passé avec l'Etat pourrait faire gagner 15 milliards aux concessions.

Les autoroutes sont une nouvelle fois pointées du doigt. Le Parisien révèle vendredi que les sociétés concessionnaires sortiront grandes gagnantes d'un accord récemment passé avec l'Etat. En clair, elles acceptent d'effectuer des travaux sur le réseau en échange d'un prolongement de leurs concessions. Et selon le quotidien, ces investissements vont leur rapporter très gros.

>> LIRE AUSSI - Les autoroutes ne devraient pas être aussi rentables

Trois milliards d'investissement… L'accord consiste en un immense plan de relance des travaux sur les autoroutes, ce qui passe par la construction de nouvelles bretelles, de voies d'accès etc. Ces travaux sont chiffrés à plus de 3 milliards d'euros. Les caisses de l'Etat étant vides, ce sont les propriétaires des autoroutes, des géants des travaux publics comme Vinci ou Eiffage, qui vont régler la facture.

En échange de ces travaux, les sociétés d'autoroutes ont obtenu une prolongation de leurs concessions. La durée supplémentaire ira de quelques mois à plus de trois ans, en fonction des tronçons d'autoroute gérés. Et qui dit des concessions d'une durée plus longue, dit des rentrées d’argent supplémentaires.

… Contre 15 milliards de recettes. Selon Le Parisien, ce prolongement de concession ferait gagner près de 15 milliards d'euros aux entreprises en recettes nettes, c'est-à-dire une fois payées les charges d'exploitation. En vulgarisant, pour 3 milliards investis, elles gagneraient ainsi 15 milliards.

Dans l'entourage de l'une des plus importantes de ces sociétés contacté par Europe1, on assure ne pas savoir comment ces montants ont été calculés. Les concessionnaires rappellent également régulièrement qu'ils ont dû énormément s'endetter pour investir dans les autoroutes, à auteur de 24 milliards d'euros selon eux. En outre, un euro d’aujourd’hui n’a pas la même valeur économique qu’un euro en 2030, rappelle-t-on dans l'entourage des concessionnaires, mettant en avant la possible variation des taux d'emprunt ou le risque que les travaux se déroulent mal.

>> LIRE AUSSI - Les autoroutes sur la voie d'une renationalisation ?

Vers une hausse des tarifs de péage ? Une inquiétude qui n'a pas empêché ces sociétés de verser près de 15 milliards d'euros de dividendes à leurs actionnaires depuis 2006, date de la privatisation. Les automobilistes, quant à eux, risquent bel et bien d'être mis à contribution. Pour 2015, les concessionnaires  ont proposé une hausse des tarifs du péage de 0,57 %. C'est à l'Etat de valider ou non cette proposition.