L'épargne des Français au sommet

  • A
  • A
L'épargne des Français au sommet
@ MAXPPP
Partagez sur :

DECRYPTAGE - Jamais depuis 1983 les ménages n'avaient mis de côté autant d'argent qu'en 2011.

En ces temps difficiles, les Français sont plus fourmis que cigales. Les chiffres publiés par l'Insee mercredi en attestent. En 2011, l'épargne des ménages a atteint son plus haut niveau à 16,8% des revenus. Un record depuis 1983, soit près de 30 ans. Décryptage d'un phénomène qui dure.

L'épargne en hausse depuis 2008

Globalement, la part d'épargne des Français augmente depuis 2000. Au total, sur 12 ans, elle est passée de 14,4 à 16,8% des revenus, malgré une baisse d'un point entre 2004 et 2005. Et jamais depuis 1983 le taux d'épargne n'avait été aussi haut. Le record absolu depuis 1950 est cependant encore loin. Il date de 1975, avec 22,3%. Ce qui n'empêche pas les Français d'être les n°1 du monde en matière d'épargne, devant les Allemandes et les Américains.

La crise en partie responsable

Les experts sont formels, la crise est responsable de cet épargne record chez les ménages français. "Ce n'est pas propre à l'année 2011", confirme à Europe1.fr Jean-François Ouvrard, économiste à l'Insee. "C'est un comportement de précaution qui dure depuis le début de la crise, en 2008. C'est dû à la hausse du chômage et à l'incertitude économique actuelle", ajoute-t-il. La tendance devrait se poursuivre au moins au premier semestre 2012. "Nos prévisions à court terme montrent que le taux d'épargne des Français devrait rester élevé", assure l'économiste de l'Insee.

Les livrets ont toujours la cote

L'épargne des Français est en majorité conservée sur le principal livret d'épargne : le livret A. En février, la hausse des dépôts sur ceux-ci s'est poursuivie avec un total de 222,8 milliards d'euros qui y sont consignés, selon les chiffres publiés la semaine dernière par la Caisse des dépôts. La balance (dépôts – retraits) est toujours positive à 1,93 milliards d'euros. Ce n'est pas le cas des assurances-vie, dont les cotisations ont plongé de 14% en 2011.

Quid de la consommation ?

Si les ménages ont dû réduire leur épargne pour consommer au 4e trimestre 2011, la tendance n'est pas régulière. "Ce qui freine la consommation, note Jean-François Ouvrard, c'est la faiblesse de la progression des revenus et du pouvoir d'achat". 6.200 chômeurs de plus ont été déclarés en février, ce qui permet d'atteindre un chiffre record depuis 1999 de 2.867.900 chômeurs. Toutefois, si l'on se réfère à l'indice du moral des ménages français, on observe une hausse significative, de 5 points entre février 2011 et 2012. Mais le nouveau niveau, à 87 (sur 100), reste inférieur à sa moyenne de longue période, indique l'Insee.