L’allocation de rentrée scolaire versée dès mardi

  • A
  • A
L’allocation de rentrée scolaire versée dès mardi
L'allocation de rentrée scolaire, revalorisée de 25% l'année dernière, sera versée mardi par la Caisse d’allocation familiale.
Partagez sur :

PRATIQUE - Revalorisée de 25% l’an dernier, elle s’adresse aux familles modestes. Comment fonctionne-t-elle ?

L’INFO. Attendue par trois millions de familles, l'allocation de rentrée scolaire, revalorisée de 25% l'année dernière, sera versée mardi par la Caisse d’allocation familiale. Les familles concernées devraient ainsi toucher entre 360,47 et 393,54 euros selon l'âge des enfants. Comment fonctionne cette aide, parfois nécessaire pour acheter le minimum vital de fournitures scolaires ? Décryptage.

>> LIRE AUSSI : allocations familiales : ce rapport choc

À qui est-elle versée ? L’allocation est destinée aux familles modestes ayant un ou plusieurs enfants âgés de 6 à 18 ans. Pour cette rentrée 2013, elle sera versée pour chaque enfant né entre le 16 septembre 1995 et le 31 décembre 2007 (inclus). La condition : que l’enfant soit toujours inséré dans le système scolaire : école publique, privée, collège, lycée, enseignement à distance ou apprentissage (les cours à domicile en sont exclus).

Quels sont les plafonds de ressources ? Pour pouvoir toucher l’allocation, une famille avec un seul enfant ne doit pas avoir gagné plus de 23.687 euros en 2011 (revenus nets). Pour deux enfants, le plafond s’élève à 29.153 euros, puis à 34.619 euros pour trois enfants et, enfin, il faut ajouter 5.466 euros par enfants au dessus de quatre.  

Quels sont les montants de l’aide ? L’aide sera de 360,47 euros pour les familles ayant un enfant âgé de 6 à 10 ans, de 380,36 euros entre 11 à 14 ans et de 393,54 euros pour les adolescents de 15 à 18 ans.  « C’est un coup de pouce indispensable, sinon on ne peut pas boucler de budget. Ça paie la rentrée scolaire, les activités périscolaires, la piscine obligatoire, voire le matériel à renouveler en cours d’année. L’école n’est pas si gratuite », témoigne ainsi Marianne, mère de Ruth, 10 ans, élève en CM2 à Noisy-le-Sec, en Seine-Saint-Denis, dont les deux parents sont au Smic.

>> LIRE AUSSI : à l'université, une rentrée toujours plus chère