L'Algérie doit de l'argent à la Sécu

  • A
  • A
L'Algérie doit de l'argent à la Sécu
Les discussions avec l'Algérie sur le règlement de ses arriérés médicaux en France n'ont pas assez progressé même si 15 millions d'euros ont déjà été remboursés, a estimé mercredi la ministre de la Santé Marisol Touraine.@ MAXPPP
Partagez sur :

Les discussions avec l'Algérie sur le règlement de ses arriérés médicaux n'ont pas assez progressé, estime le gouvernement. 

Les discussions avec l'Algérie sur le règlement de ses arriérés médicaux en France n'ont pas assez progressé même si 15 millions d'euros ont déjà été remboursés, a estimé mercredi la ministre de la Santé Marisol Touraine. "Nous considérons qu'il y a encore des sommes que l'Algérie nous doit", a déclaré la ministre lors du "Talk Orange-Le Figaro". En janvier 2012, la Caisse nationale d'assurance sociale algérienne (Cnas) devait à la France 34 millions d'euros pour le remboursement de frais médicaux de patients algériens en France. 

L'Algérie a déjà remboursé 15 millions d'euros fin 2012, a affirmé la ministre. Toutefois, "les discussions n'ont pas progressé, pas assez à mon goût, et je souhaite - je l'ai dit d'ailleurs à mon homologue algérien - qu'elles reprennent de façon plus rapide et plus vigoureuse", a-t-elle dit. Cette question a été évoquée parmi d'autres lors d'un entretien dans la matinée avec l'ambassadeur de l'Algérie en France, Amar Bendjama, a indiqué le ministère.

"La ministre ne doute pas de la volonté de l'Algérie d'avancer et de trouver des solutions durables" sur le sujet, a-t-on précisé de même source. Interrogée (lors du "Talk Orange-Le Figaro") pour savoir si l'Algérie avait payé pour l'hospitalisation du président Abdelaziz Bouteflika, resté près de quatre jours à l'hôpital parisien du Val-de-Grâce en janvier, Marisol Touraine a répondu qu'elle n'avait "pas de doute et d'inquiétude sur la facture liée à l'hospitalisation de M. Bouteflika".