L'aéronautique, un secteur qui recrute

  • A
  • A
L'aéronautique, un secteur qui recrute
Au Bourget, l'avion des métiers propose aux jeunes de partir à la découverte des professions qui embauchent dans l'aéronautique.@ MELANIE TARAVANT
Partagez sur :

REPORTAGE E1 - Le salon du Bourget organise une vaste opération séduction pour attirer les jeunes en quête d'une formation.

L'info. Paradoxe. Alors que le nombre de chômeurs bat chaque mois de nouveaux records, beaucoup d'offres ne trouvent pas preneur. Selon François Hollande, 200 à 300.000 postes seraient ainsi non pourvus. Parmi ces secteurs qui rencontrent des difficultés à recruter, on trouve entre autres l'aéronautique.

>> A LIRE AUSSI : L'Insee contredit Hollande sur le chômage

Pour susciter les vocations, les professionnels de l'industrie ont donc installé au salon du Bourget, ouvert au public à compter de vendredi, un "avion des métiers". L'occasion de présenter aux lycéens les divers métiers qui recrutent en ce moment et vers lesquels ils pourraient s'orienter, quel que soit le nombre d'années d'études supérieures qu'ils envisagent.

21.06-soudeur

Simulation de soudure. Dans les allées de l'avion des métiers, un atelier semble attirer tous les jeunes : celui de la soudure. Un casque vissé sur la tête, les visiteurs peuvent en effet s'entraîner à souder sur une machine virtuelle. "C'est comme si on était en train de souder en réel", explique Olivier, formateur chargé de l'encadrement. "C'est plus facile de commencer la dessus, on tremble moins, on a moins peur d'appuyer sur la gâchette du chalumeau", ajoute-t-il encore.

21.06-chaudronnier

© MELANIE TARAVANT/EUROPE 1

La chaudronnerie, un métier ultra-précis. Un peu plus loin, c'est Corentin, apprenti chaudronnier qui vante son savoir-faire : il sculpte au maillet des morceaux de tôle. Le jeune homme, qui a débuté sa formation il y a quelques mois, explique que le métier est loin de l'image que l'on pourrait s'en faire : "avant de donner un coup de marteau, il faut bien identifier l'endroit où on va le donner. C'est un métier très précis, 80 % dans la tête et 20 % dans les bras. Il faut réfléchir à l'endroit où l'on va taper".

Séduire les parents autant que les enfants. A la sortie, les visiteurs repartent les bras chargés de documentations sur les métiers présentés. Mais en dépit de toutes ces démonstrations, la plupart d'entre eux n'ont qu'un seul rêve : devenir pilote. Alors pour faire changer les mentalités, les recruteurs s'adressent aussi aux parents, avec un objectif : redorer l'image de ces métiers manuels, qui embauchent à tour de bras.