Kem One, le nouveau défi de Montebourg

  • A
  • A
Kem One, le nouveau défi de Montebourg
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le groupe a demandé son placement en redressement judiciaire. 1.300 emplois sont en jeu.

Après ArcelorMittal à Florange, Petroplus à Petit-Couronne ou encore Goodyear à Amiens, Arnaud Montebourg hérite d'un nouveau dossier : le groupe chimique Kem One. Ce dernier, qui emploie 1.800 personnes en France, a demandé mardi à être placé en redressement judiciaire, après s'être déclaré la veille en cessation de paiement.

26.03-kem-one-2

Kem One, c'est quoi ? Né il y a huit mois de la cession d'une partie des activités du chimiste Arkema à l'investisseur américain Gary Klesch, Kem One est spécialisé dans la fabrication de PVC, un matériau plastique. Malgré 100 millions d'euros de trésorerie et près d'un demi-milliard de dettes effacées à sa création, le groupe a très vite accumulé les pertes, au point qu'il n'est plus aujourd'hui en mesure de payer ses fournisseurs. En cause, selon la direction, les coûts élevés de l'énergie et de l'éthylène, matière première utilisée pour fabriquer le PVC, qui entraîne des pertes de plus de dix millions d'euros par mois.

Qui est responsable ? "Certes, les résultats n'étaient pas faramineux, mais de là à en arriver à un tel extrême…", regrettait lundi Didier Chaix, délégué CGT du groupe. Pour les représentants des salariés, toutefois, ce n'est pas tant la conjoncture qui est en cause que la gestion désastreuse du propriétaire. Selon eux, Gary Klesch serait un "financier aux comptes opaques". Fin mars, ils avaient déclenché une procédure de droit d'alerte pour savoir où étaient passés les 100 millions de trésorerie.

De son côté, le PDG met en cause Arkema. Selon lui, la maison-mère lui aurait transmis de "fausses informations", masquant la fragilité financière de Kem One au moment du rachat. Gary Klesch a d'ailleurs assigné Arkema en justice pour obtenir réparation, et réclame 310 millions d'euros de dommages et intérêts.

Montebourg "extrêmement préoccupé". Pour le gouvernement, cette annonce tombe au plus mal, quelques heures avant l'annonce des chiffres du chômage pour le mois de février. Le plan de redressement judiciaire proposé par Kem One entraînerait en effet la suppression de 1.300 postes en France.

Lundi soir, Arnaud Montebourg est donc monté au créneau, et a affirmé être "en relation avec les organisations syndicales, de manière à ce que tous les partenaires soient autour de la table pour gérer collectivement cette difficulté". Le ministre du Redressement productif ne cache pas pour autant ses inquiétudes : "Nous sommes évidemment extrêmement préoccupés par le dossier Kem One, qui donne des signes de fragilité extrême", a-t-il déclaré.