522europe1_admin%2522%253Bs%253A19%253A%2522admin.in.europe1.fr%2522%253Bs%253A13%253A%2522europe1_admin%2522%253Bs%253A22%253A%2522admin.lelab.europe1.fr%2522%253Bs%253A19%253A%2522europe1_lelab_admin%2522%253Bs%253A25%253A%2522admin.in.lelab.europe1.fr%2522%253Bs%253A19%253A%2522europe1_lelab_admin%2522%253Bs%253A17%253A%2522clube1.europe1.fr%2522%253Bs%253A12%253A%2522europe1_club%2522%253Bs%253A21%253A%2522dyn.clube1.europe1.fr%2522%253Bs%253A12%253A%2522europe1_club%2522%253Bs%253A24%253A%2522dyn.in.clube1.europe1.fr%2522%253Bs%253A12%253A%2522europe1_club%2522%253Bs%253A23%253A%2522admin.clube1.europe1.fr%2522%253Bs%253A18%253A%2522europe1_club_admin%2522%253Bs%253A26%253A%2522admin.in.clube1.europe1.fr%2522%253Bs%253A18%253A%2522europe1_club_admin%2522%253Bs%253A18%253A%2522dyn.api.europe1.fr%2522%253Bs%253A11%253A%2522europe1_api%2522%253Bs%253A21%253A%2522dyn.in.api.europe1.fr%2522%253Bs%253A11%253A%2522europe1_api%2522%253Bs%253A14%253A%2522api.europe1.fr%2522%253Bs%253A11%253A%2522europe1_api%2522%253B%257D%257D%257D%26_format%3Dhtml%26_locale%3Dfr_FR%26_controller%3DEurope1FrontBundle%253AExam%253Ablock' // time: '1531813121.4987' // type: 'default' $activeExtensions = array( "lajavascript", "ezmultiupload", "ez_network", "ezodf", "ezprestapiprovider", "ezscriptmonitor", "europe1_lelab", "europe1_core", "europe1", "core", "laclassesoverride", "laaggregator", "lasettings_equinix", "bojellyfish", "ezschoolexam", "localytics", "ezchangeclass", "ezjscore", "ezautosave", "ezoe", "ezie", "ezgmaplocation", "ezfind", "ezflow", "eztags", "ezwt" ); ?>

Journée décisive à Belfort pour sauver l'usine d'Alstom

  • A
  • A
Journée décisive à Belfort pour sauver l'usine d'Alstom
L'objectif de cette réunion est d'essayer de sauver le site d'Alstom à Belfort. Image d'illustration. @ SEBASTIEN BOZON / AFP
Partagez sur :

Le secrétaire d'État à l'Industrie Christophe Sirugue sera mardi matin à Belfort pour une réunion de travail, des annonces sont attendues à la mi-journée.

Les employés d'Alstom à Belfort espèrent être fixés sur leur sort mardi, à l'issue d'une réunion qui rassemblera les élus locaux, les syndicats, la direction du groupe, et un gouvernement prêt à user de tous les leviers pour sauver leur usine de locomotives d'une quasi-fermeture.

Le gouvernement présente son plan. Trois semaines après sa première rencontre avec les syndicats, le secrétaire d'État à l'Industrie, Christophe Sirugue, se déplace à Belfort pour présenter le plan de l'exécutif dans l'épineux dossier Alstom. Depuis l'annonce, le 7 septembre, du projet de la direction de transférer d'ici 2018 l'ingénierie et la production de son site de Belfort vers celui de Reichshoffen dans le Bas-Rhin, l'avenir de cette usine bâtie en 1879 est devenu une priorité pour l'exécutif.

Quel investissement des élus locaux ? Le secrétaire d'État commencera par rencontrer les élus locaux à 9 heures, pour "voir quelle place les collectivités peuvent prendre dans les propositions qui peuvent être formulées". Le député-maire (LR) Damien Meslot s'est déjà dit "prêt à (se) mobiliser et à investir" au travers de la société d'économie mixte Tandem, véhicule de l'aide aux entreprises du Territoire de Belfort. Cela pourrait notamment se traduire par une dépense "de 800.000 à un million d'euros pour l'électrification d'une voie d'essais" ferroviaires, a-t-il précisé.

Une "réunion de travail" débutera ensuite à 10 heures à la préfecture avec Christophe Sirugue, les élus locaux, les syndicats et le PDG d'Alstom, Henri Poupart-Lafarge. "Nous allons voir si la volonté du gouvernement est partagée par la direction", a déclaré Olivier Kohler, élu CFDT, qui espère "que le projet de fermeture du site (sera) totalement remis en cause".

Une manifestationUne troisième manifestation en moins d'un mois s'élancera à 9h15 de l'usine Alstom en direction de la préfecture, pour "montrer que les salariés sont là et qu'il ne faut pas faire n'importe quoi avec eux", a prévenu Daniel Dreger, de la CGT. En attendant les annonces officielles prévues vers midi, les nombreuses pistes avancées ces dernières semaines laissent les syndicats sceptiques. La plus évidente consiste à déclencher de nouvelles commandes de TGV. Le gouvernement n'a ainsi pas caché faire pression sur Alstom et la SNCF pour conclure au plus vite l'achat de six rames destinées à la ligne Paris-Turin-Milan, pour un montant estimé à 200 millions d'euros. Une commande supplémentaire de 16 trains par l'État, pour près de 500 millions, est aussi envisagée selon Le Monde.