INFORMATION EUROPE 1 - McDonald's va recruter 2.000 personnes en CDI cette année

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Cette année, le géant américain de la restauration rapide a changé son mode de fonctionnement et s'est créé de nouveaux besoins. Résultat : McDo a besoin d'encore plus de salariés.

INFO EUROPE 1

C'est l'un des plus gros pourvoyeurs d'emplois dans le monde, et notamment en France où les jeunes qui cherchent un job pendant leurs études. Pour eux, comme pour d'autres chercheurs d'emplois, McDonald's a une bonne nouvelle : la chaîne de fast-food recrute 2.000 collaborateurs cette année, 2.000 emplois nets en CDI, vous révèle Europe 1. 

Commande passée, produit préparé. Si McDonald's recrute, c'est d'abord parce qu'il ouvre 30 nouveaux restaurants dans le pays cette année. Mais aussi parce que tout le fonctionnement a changé. Désormais, comme ses concurrents, à l'image de Five Guys, les produits sont préparés à la commande. Et cela demande plus de bras. "L'ancien modèle, c'était vraiment une culture 'process'. On préparait les produits quelques minutes avant. Aujourd'hui, le produit est préparé à partir du moment où le client passe sa commande. Là où on pouvait n'avoir qu'une personne à un poste avant, aujourd'hui il en faut deux, voire trois, en fonction de l'affluence du restaurant", précise Vhianney, 23 ans, assistant de direction d'un restaurant parisien.

Des bornes et un service à table. Autre changement notable dans le fonctionnement de McDonald's en France : les commandes se passent sur des bornes électroniques, ce qui n'est pas toujours évident pour les clients qui regrettent par exemple l'impossibilité de payer directement en liquide. Pour compenser, les clients sont servis à table. Ce modèle nécessite donc le recrutement de chargés d'accueil. "Avant, on allait chez Mac Donald's pour aller très rapidement. Aujourd'hui, on veut vraiment faire attention aux clients. On n'a plus cet effet d'usine à gaz", se réjouit Vhianney.

Pour mener à bien cette transformation, McDo a prévu d'investir 150 millions d'euros en France.