Impôts : qui sont les perdants depuis 2012 ?

  • A
  • A
Impôts : qui sont les perdants depuis 2012 ?
@ AFP
Partagez sur :

La rapporteure du budget à l'Assemblée a détaillé mercredi les impacts de la politique fiscale de François Hollande. 

En 2007, rappelez-vous, François Hollande, alors patron du PS, avait rangé dans la catégorie des "riches" les contribuables qui gagnaient plus de 4.000 euros net par mois. Et cette affirmation s'est traduite dans sa politique fiscale depuis 2012, à en croire des chiffres dévoilés mercredi par Valérie Rabault (PS), la rapporteure du budget à l'Assemblée, et relayés par Les Echos et Le Figaro.

+159 euros pour un foyer à 50.000 euros annuel. Selon la socialiste, entre 2012 et les mesures prévues par le budget de l'Etat pour 2016, les contribuables qui auront vu leurs impôts augmenter sont les foyers de deux enfants gagnant 50.000 euros par mois ou plus, soit 4.100 euros net par mois et par foyer. D'après cette simulation, les foyers concernés par ce plafond verront leur impôt sur le revenu augmenter de 159 euros en 2016 par rapport à 2012.

+ 170 euros pour un retraité à plus 19.000 euros. "La note grimpe à 2.443 euros pour les ménages gagnant 100.000 euros par an, soit 8333 euros à deux par mois. Enfin, la feuille d'impôt s'alourdira de 4.920 euros sur la même période pour un foyer percevant 200.000 euros", détaille encore Le Figaro. La note est encore plus salée pour les salariés bénéficiant d'une mutuelle santé via leur entreprise. Enfin, un retraité ayant élevé trois enfants ou plus paiera 170 euros de plus qu'en 2012 s'il gagne plus de 19.000 euros par an, soit environ 1.600 euros par mois.

Des baisses qui concernent beaucoup de Français. "A l'inverse, les familles dont les revenus se situent entre 32.000 et 50.000 euros annuels ont été gagnantes. […] Trois années de suite, l'exécutif a ciblé les ménages proches du revenu moyen, soit par la suppression de la tranche à 5,5 %, soit par la modification de la décote. D'où le fait, par exemple, qu'un foyer affichant un revenu de 35.000 euros ne soit plus imposable en 2016, alors qu'il payait encore 684 euros il y a trois ans", ajoute le journal Les Echos. Une mesure qui aura tout de même concerne une grande partie des contribuables. A en croire l'Insee, seuls 10% des Français gagnent plus de 2.962 euros net par mois.