Impôts : 150 à 200 millions de manque à gagner

  • A
  • A
Impôts : 150 à 200 millions de manque à gagner
@ MAXPPP
Partagez sur :

ENQUÊTE E1 - Les services de recouvrement de l’Etat restent très efficaces, mais face à la hausse des contribuables, les trésoreries sont débordées.

L'impôt sur les revenus de 2013 est sur les rails,  Bercy ayant déjà envoyé aux contribuables français la déclaration de revenus. Le gouvernement compte sur ces impôts pour remplir les caisses de l’Etat. Mais, les mesures d’économie ont fait diminuer le nombre d’agents chargés de collecter l’impôt. Conséquence : le taux de recouvrement est en baisse. Et le manque à gagner réel.

Un fisc efficace, mais en sous effectif. Les trésoreries régionales paient le prix fort des économies dans la fonction publique. Il y a 2.500 agents du Trésor, chargés de collecter l’impôt, en moins par rapport à 2013. Ils ont donc moins de temps pour courir après l’argent dû. Afin de compenser les baisses d’effectifs, un logiciel spécial devait être mis en place, mais il n’est pas encore opérationnel. Il ne faut dramatiser toutefois, l’Etat continue de percevoir 99% de ce que les Français lui doivent. Mais le taux de recouvrement est en baisse de 0,3%. Ce qui représente tout de même un manque à gagner de 150 à 200 millions d’euros.

Un nombre de personnes imposées en hausse. Les impôts ont augmenté tant pour les riches que pour les plus modestes. Et certaines personnes qui n’en avaient jamais payés doivent mettre la main à la poche.  La conséquence est une explosion du nombre de dossiers en commission de surendettement, de l’argent dont l’Etat ne verra jamais la couleur. Et avec le manque d’effectif dans les Trésoreries, les tout petits contribuables recevront simplement une mise en demeure en cas de non paiement, une lettre envoyée automatiquement et rien derrière.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460_scalewidth_460

DOCUMENT - Stabilité : le mot de Valls à l’opposition

IMPÔTS - Google confirme son redressement fiscal en France

DEFICIT - Le gouvernement table sur 3,8% en 2014, 3% en 2015