Immobilier : les taux au plus bas

  • A
  • A
Immobilier : les taux au plus bas
@ MAXPPP
Partagez sur :

3' CHRONO - A 3,23 % en décembre, le taux des crédits immobiliers a atteint un plus bas.

• L'info. Du jamais vu depuis la Libération ! Selon l'Observatoire Crédit Logement / CSA publié jeudi, le taux moyen des prêts immobiliers s'est stabilité à 3,23 % en décembre, en chiffre inférieur au précédent record de 3,25 % en novembre 2010. Une baisse qui concerne à la fois les achats dans l'ancien, pour lesquels le taux est passé de 3,97 % en février à 3,23 % en décembre, que le neuf, qui a lui glissé de 3,93 % à 3,22 % sur la même période.

Un marché fragilisé. Les banques ont souffert de la baisse des transactions immobilières, qui les a contraintes à revoir leurs taux à la baisse. Entre octobre 2011 et septembre 2012, les transactions ont ainsi diminué de 11,8 %, selon les derniers chiffres de l'Insee. Cette baisse a de lourdes conséquences sur les crédits octroyés par les banques, dont le volume a également baissé d'un tiers entre 2011 et 2012.

Conséquence, les établissements de crédit ont préféré prêter à des taux plus bas que ne pas prêter du tout. "Si on était dans une situation avec des taux à 5%, on serait mort", résume Michel Mouillart, professeur d'économie à l'Université Paris-Ouest et auteur de l'étude.

Le dispositif Duflot peu séduisant. 2013 devrait encore être une année difficile. La loi Scellier sur l'investissement locatif, qui a longtemps permis de soutenir les prix dans l'immobilier, a en effet été supprimée par le gouvernement, au profit d'un dispositif plus contraignant, baptisé "Duflot" du nom de la ministre du Logement.

>> A LIRE : La recette Duflot pour relancer la construction

Pour l'auteur de l'étude, celui-ci, beaucoup moins intéressant, n'attirera pas les investisseurs. L'obligation de louer 20 % au-dessous du prix du marché, couplée au mécanisme d'encadrement des loyers, signifie que l'investisseur ne pourra jamais s'aligner sur le marché. "Tout le monde a bien vu que le dispositif d'après n'était pas intéressant", constate Michel Mouillart.

>> Pour Axel de Tarlé, la hausse de l'immobilier plombe l'économie française