Immobilier : les prix baissent pour de bon

  • A
  • A
Immobilier : les prix baissent pour de bon
@ NOTAIRES DE FRANCE
Partagez sur :

CARTE - Les prix pourraient baisser de 7%, les notaires prévoient même un recul de 4,5% à Paris d’ici mai.

L’INFO. C’est une bonne nouvelle pour les ménages qui tentent d’acheter un logement, à condition évidemment de convaincre un banquier. Les notaires ont confirmé jeudi une tendance : le marché de l’immobilier est en train de se retourner puisque la baisse des prix se poursuit et devrait même s’amplifier. Tour d’horizon en quelques chiffres.

immobilier, logement

© MAXPPP

La tendance : la baisse des prix dans l'ancien se confirme. Les notaires et l’Insee ont fait leurs comptes : en 2012, les prix dans l'ancien ont baissé de 1,3% sur un an dans l'Hexagone et 1% à Paris. Une baisse des prix des logements anciens qui va s'amplifier en France en 2013, avec un recul de 7% en moyenne attendu d'ici mai.

La surprise : les prix à Paris en baisse. Si le retournement du marché français est perceptible depuis des mois, la baisse des prix à Paris est, elle, une nouveauté. Elle surprend d’autant plus par son ampleur : -4,5%, selon les projections des notaires, basées sur des avant-contrats. Résultat, le prix du mètre carré va y descendre à 8.080 euros, mais surtout pour les biens présentant des défauts.

banquier banque 930x620

© Maxppp

Pourquoi les prix baissent-ils ? C’est avant tout parce que la demande faiblit : les acheteurs potentiels préfèrent patienter puisque les vendeurs refusent de revoir leurs prix à la baisse, mais aussi parce que plusieurs dispositifs fiscaux ont disparu ou été réformés (dispositif Scellier, prêt à taux zéro pour les primo accédants).

Mais même ceux qui veulent acheter n’y arrivent pas toujours, les banques rechignant toujours à accorder des prêts, à moins d’avoir un apport déjà important. Les notaires avancent également une dernière explication, mais qui reste à démontrer : la crainte d’un durcissement de l'encadrement des loyers, alors même que ce dispositif n’a pas encore montré son efficacité.
>> A lire aussi : Devenir propriétaire devient très difficile

immobilier, annonces,

© MAXPPP

Vers l’éclatement d’une bulle immobilière ? Après une explosion des prix de l’immobilier entre 1995 et 2008, qui ont alors presque doublé, la tendance s’inverse donc. Une évolution qualifiée de bulle spéculative par certains spécialistes qui pronostiquent son éclatement imminent.

Une prévision que les notaires ne peuvent évidemment pas cautionner, à l’image de Frédéric Dumont, notaire à Montreuil, qui s’est exprimé après la publication de ces chiffres : "on ne peut pas vraiment parler de l'éclatement d'une bulle car les Français considèrent l'immobilier comme la meilleure sécurité pour leur épargne au vu de la situation économique", a-t-il relativisé.

>> ZOOM - Ces villes où il fait bon acheter