Ikea : vers une grève massive ?

  • A
  • A
Ikea : vers une grève massive ?
@ E. Assayag
Partagez sur :

Les syndicats d’Ikea se sont dits déçus des propositions de la direction jeudi.

Le conflit s’enlise chez Ikea. Les syndicats et la direction de l’enseigne suédoise n’ont pas trouvé d’accord à la suite des négociations qui se sont déroulées jeudi.

Propositions de la direction

La direction a pourtant fait des efforts sur l’augmentation des salaires. Elle a proposé une hausse collective de 1% et une majoration individuelle de 1%, au mérite. Ikea France a indiqué ne pas souhaiter aller plus loin.

La déception des syndicats

Ce n’est pas assez pour les syndicats. Ils demandent 4% d’augmentation collective. "On est très déçus car on pensait que la direction allait nous écouter", a déclaré Marylène Laure de la CGT, "le mépris est encore plus fort que mercredi". "On ne peut pas parler de négociation. La direction ne bouge pas et a mis fin unilatéralement à la réunion", a dit pour sa part Salvatore Rinoldo, délégué syndical central CFDT.

Une grève massive samedi ?

Les syndicats d'Ikea France ont appelé jeudi soir les salariés du groupe à une grève immédiate dans les magasins du groupe. "J'appelle à la grève dès ce jeudi soir si possible et à une grève massive samedi", a déclaré Sébastien Heim, délégué syndical central FO.

Les magasins de Paris-Nord, Franconville, Evry, Thiais, Grenoble, Montpellier, Rouen ou encore Rennes devraient être touchés ce week-end.

Une occupation pour se faire entendre

Une quarantaine de représentants du personnel ont occupé le siège d'Ikea France à Plaisir, dans le département des Yvelines, de lundi à mercredi matin pour réclamer des augmentations de salaires. Certains avaient même réoccupé les locaux jusqu'à mercredi soir. Sept représentants du personnel ont investi les locaux dans les nuits de lundi à mercredi, une occupation qui fait suite à une grève touchant plusieurs magasins Ikea depuis samedi.

"On ne partira pas tant que la direction ne s'engage pas à nous donner quelque chose", avait averti le délégué syndical central FO, Sébastien Heim. Les employés d’Ikea avaient donc occupé ces locaux "pour faire pression", selon Sébastien Heim :

"Je reste au siège jusqu'à ce que les négociations reprennent", a indiqué Sébastien Heim. Salvatore Rinoldo, délégué syndical central CFDT, a ajouté "rejoindre FO pour occuper les locaux" du siège social.