Hyundai invente l'assurance chômage pour ses voitures

  • A
  • A
Hyundai invente l'assurance chômage pour ses voitures
Partagez sur :

Le constructeur lance en France une offre qui permet à l'acheteur de ne rien payer pendant un an s'il perd son emploi.

Crise, chômage, voilà des mots qui rendent frileux les acquéreurs potentiels de voiture. Pour leur redonner confiance, Hyundai lance le 1er octobre une "protection perte d'emploi".

L'offre est simple mais innovante : si dans les deux ans qui suivent l'achat du véhicule l'acquéreur perd son emploi, Hyundai s'engage à prendre en charge les mensualités de son crédit ou à l'indemniser pendant un an.

Jusqu'à 600 euros par mois pour un véhicule acheté à crédit, en fonction du modèle et des mensualités. Pour une voiture payée comptant, la marque remboursera entre 250 et 350 euros par mois au propriétaire.

"Les acheteurs n'auront rien à payer en plus. Ca n'est pas une option, c'est compris dans le prix du véhicule", explique Jean-Claude Debard, président de Hyundai France, à Europe1.fr. La marque espère rentrer dans ses frais en augmentant ses ventes grâce à l'offre. "Si nous faisons 10% de ventes en plus, nous aurons très nettement absorbé le coût du risque", indique le président.

"Au bout d'un an, on espère que le client aura retrouvé un emploi. Sinon il sera obligé de vendre son véhicule...", explique Jean-Claude Debard. "C'est un moyen élégant de contribuer au bien-être des gens qui seront dans cette situation."

Hyundai avait déjà lancé une opération similaire aux Etats-Unis en décembre 2008. Pas de remboursement mais une reprise du véhicule en cas de perte de revenus jusqu'à un an après l'achat. Résultat : +10% de ventes. Soit, l'objectif affiché par Jean-Claude Debard. "Mais je ne veux pas inciter nos clients à perdre leur emploi !", tempère-t-il.

Alors, simple coup de pub ? Non, car "c'est une offre à durée inderterminée", insiste le président de Hyundai France. Selon lui, cette assurance n'est pas destinée à contrebalancer l'éventuel arrêt de la prime à la casse et autres bonus gouvernementaux mis en place pour sauver le secteur automobile.