Hausse de 10% du prix du gaz

  • A
  • A
Hausse de 10% du prix du gaz
@ MAXPPP
Partagez sur :

Les tarifs du gaz progressent de 9,7% au 1er avril, la plus forte hausse depuis 2005.

Ce n’est pas un poisson d’avril. Le gaz augmente de 10% jeudi, soit une hausse des factures annuelles allant de 12 à 85 euros pour les ménages. La Commission de régulation de l'Energie (CRE) a en effet approuvé la semaine dernière une augmentation moyenne de 9,7% des tarifs du gaz naturel en France, sur proposition du groupe GDF Suez.

90% des foyers raccordés

Cette hausse est la première depuis août 2008 et la plus forte depuis novembre 2005. Les prix du gaz naturel n'avaient plus évolué depuis le 1er avril 2009, date à laquelle ils avaient baissé de 11,3%. Pour les foyers n'utilisant le gaz que pour faire la cuisine, la facture augmentera en moyenne de 12 euros sur l’année. Pour ceux qui l’utilisent pour la cuisine, l'eau chaude et le chauffage, la facture va gonfler de 85 euros sur l'année. 44% des foyers français se chauffent au gaz et près de 90% des foyers raccordés au gaz naturel sont soumis aux tarifs réglementés.

Une hausse dénoncée

Les associations de consommateurs, les syndicats et l'opposition ont vivement dénoncé cette hausse jugée "scandaleuse" et "injustifiée" en période de crise. "Cette annonce paraît tellement surréaliste que l'on pourrait croire à un poisson d'avril", a ironisé l'association CLCV, pour qui cette hausse "porte gravement atteinte au pouvoir d'achat des consommateurs".

Pour sa part, GDF Suez (détenu à 35% par l'Etat) affirme que le gaz naturel "reste l'énergie la plus compétitive pour le chauffage". "La facture annuelle de chauffage au gaz naturel d'une maison de 110 m2 est inférieure de 8% à la facture de ce logement s'il est chauffé au fioul et de 25% s'il est chauffé à l'électricité", assure le groupe.

Prix indexé sur le baril de brut

La plus grosse partie de la hausse des tarifs n'est pas due à l'augmentation du prix de la molécule de gaz, mais à celle des coûts des gazoducs et des infrastructures de stockage. La hausse des tarifs s'explique aussi par l'augmentation des cours du pétrole brut sur les six derniers mois. Pour assurer la sécurité d'approvisionnement, GDF Suez achète en effet son gaz via des contrats d'une durée de 20 ans auprès des pays producteurs à un prix indexé sur les cours du baril de brut.

Pour la première fois depuis la mise en place de nouvelles règles de fixation des prix, le gouvernement n'est pas intervenu dans le processus.