Grippe A : les entreprises se préparent à faire face

  • A
  • A
Grippe A : les entreprises se préparent à faire face
Partagez sur :

Achat de masque, possibilité de passer au télétravail : il s’agit d’éviter des chutes d’activité importantes en cas de contaminations massives.

"Une entreprise doit-elle constituer un stock de masques ? Une entreprise peut-elle stocker des traitements antiviraux ?" Pour apporter des réponses à ces questions concernant la grippe A, le ministère du Travail a diffusé une circulaire, datée du 3 juillet dernier. Objectif : aider les entreprises à se préparer au mieux au retour en force de l’épidémie annoncée pour l’automne.

Les commandes de masques ont déjà été lancées. France Télécom en stocke pour ses seuls collaborateurs 40 millions. L’assureur Axa a choisi de son côté de développer le travail à distance grâce à la téléconférence. En cas de besoin, certains ouvriers du chimiste Arkema pourraient être amenés à dormir sur place. Des mesures importantes, que les grands groupes, alertés dès le mois de mai, parviennent mieux à anticiper que les PME.

En France, entre 25 et 50% de la population pourrait être concernée par la grippe A. En Grande-Bretagne, des spécialistes de l’institut Ernst & Young ont calculé lundi que l’économie pourrait se contracter de 7,5% en cas de grippe sévère. "Le principal effet d'une telle épidémie sur l'offre viendrait des jours de congé pris par les employés parce qu'eux mêmes ou leurs proches sont malades", précise cette enquête.

Le virus de la grippe porcine se propage dans le monde à une vitesse "sans précédent" par rapport à d'autres épidémies, selon le dernier bilan publié vendredi dernier par l'Organisation mondiale de la santé. Cette institution a cependant renoncé à publier des statistiques globales sur la maladie.